Archive for the ‘La transition. Le transitionnement, même’ Category

2013


31 Déc

Sans trop long discours, juste vous souhaiter (et à moi-même !), de passer de

neelhe-expo néons-maisonrouge-avril2012 (2)

à

neelhe-expo néons-maisonrouge-avril2012

Soyez le plus heureux possible !

Et, en même temps, passer d’une année à une autre, c’est une transition, non ? Bon passage !

(photos de l’auteur : exposition à la Maison Rouge, « Néon, who’s afraid of red, yellow and blue ? »)

En avançant


14 Déc

Évoquer le cheminement, ce qui permet de passer de ça :

neelhe-vitre-choc-transition

A ça :

neelhe-toile-araignee-transition

Transformer la brisure en arc de résistance. Ténu, fragile, mais présent.

(Photos de l’auteur)

Atterrissage


26 Nov

Samedi matin, insomnie de décalage horaire.

Lever de soleil au-dessus des toits parisiens, plein Est une nouvelle fois. La ville calme, l’expresso dont on rêve depuis le départ au pays du thé et  qu’on va enfin boire au café d’en bas, un atterrissage en douceur.

La nostalgie du Japon attendra deux jours (et la fin des insomnies), si elle peut .

(Photo de l’auteur)

Bientôt l’extrême-est (« when you’re big in Japan… »)


04 Nov

Envie d’ailleurs. Ca tombe bien, le billet est pris.

Le voyage commence bien avant le départ, comme tout changement. (un frémissement, une envie qui ne dit pas encore son nom, une sensation minuscule d’étouffement, un appel d’air, un léger mouvement de notre écorce souterraine, celle qui fait dériver les continents à une autre échelle)

Un bol de thé vert matcha. (et pourtant, je n’aime ni le thé, ni les machos – filles ou garçons…)

Photo)

Novembre (day one)


01 Nov

Novembre est le mois où je suis née. C’est celui de la fête de tous les saints, puis celle des morts. L’anniversaire de l’armistice qui a marqué la fin de la Première Guerre Mondiale, au siècle dernier. Celui du Scorpion, puis du Sagittaire. Celui chanté par Biolay dans « Novembre toute l’année », et Beaupain dans « Novembre ». Le ciel est tourmenté, on a changé d’heure, il fait nuit tôt, il fait humide, les feuilles jaunissent, tombent, encombrent les trottoirs et les caniveaux. Ou alors une lumière déjà rasante irise les frondaisons flamboyantes. On se dépêche de rentrer, au chaud, à l’abri. On peut écrire, enfin, moins distrait par le ciel bleu, les oiseaux, les amis, les terrasses, les jardins, la douceur de l’air. On peut lire, enfin. On allume les bougies, on prépare les premiers feux de cheminée. On se recentre sur l’essentiel.

C’est de ça dont je veux qu’il s’agisse  : de l’essentiel. Le léger, le délicat, le rigolo, le sérieux aussi. Et je vais le découvrir avec vous.

Premier novembre, très bonne date pour le début de ce blog.

D’autres indices, factuels : femme de 46 ans, lesbienne, de gauche, ayant choisi d’habiter une ville des bords de Loire, en France. Quelques cicatrices, internes et externes, dont une récente qui a participé à la mise à plat des choix faits jusque-là. Statut professionnel : en transition. Statut matrimonial : en transition. Statut créatif : en transition. Indice de bonheur intérieur brut : plutôt élevé.

Comme vous voyez, il sera question de transition, dans plusieurs domaines…

(photo de l’auteur)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).