Archive for the ‘Face B (la bande-son)’ Category

L’épée de lumière


13 Mai

Quand j’ai sorti mon fidèle Bic Cristal de mon sac, voilà ce que j’ai déposé sur la table :

neelhe-l'épée de lumière (1)

Un (modeste) crayon brisé en son centre.

Vous savez à quoi cette vision m’a fait penser ?

neelhe-l'épée de lumière (2)

Ceux qui ont lu l’œuvre maîtresse et magistrale de Tolkien (comme moi il y a longtemps) ou ceux qui ont vu au cinéma la très belle trilogie de Peter Jackson tirée du « Seigneur des Anneaux » (comme moi plus récemment) ont saisi l’allusion : avant même le début des événements rapportés par le récit, dans des temps très anciens et très légendaires (ah bon ?), l’épée du roi Elendil, qui s’appelle Narsil (oui, car dans ces contrées, les épées ont des noms), se brise en plusieurs morceaux lorsque Sauron (le super méchant, pour ceux qui ne connaissent pas – pire que ça, le mal incarné, le « Seigneur des Ténèbres ») tue le roi lors de la bataille de Barad-dûr. Son fils aîné utilise le moignon de l’épée pour couper l’un des doigts de Sauron, celui qui porte l’Anneau Unique (le « Préccccieux »), dont il sera question tout au long de l’épopée puisqu’il s’agira de le détruire, lui et sa force maléfique (« Un Anneau pour les gouverner tous. Un Anneau pour les trouver. Un Anneau pour les amener tous et dans les ténèbres les lier. » – autant vous dire qu’on n’en mène pas large). Les restes de l’épée Narsil sont amenés dans un des royaumes elfes, Fondcombe, où elle sera plus tard reforgée sous le nom d’Andùril (et servira bien sûr du côté des bons contre les méchants).

Le crayon. L’épée. Et une chanson m’est revenue en tête. Manset, 1982, dans l’excellent 33 tours « Comme un guerrier ». La dernière chanson de l’album s’appelle « L’épée de lumière ». Si on passe sur la musique (assez datée, mais assez rock, surtout pour du Manset) et le début des paroles, on arrive au refrain :

« … Et je porte avec moi/Sur le côté droit/Le crayon
L’épée de lumière/Est pointée devant moi
Le canon
Et je porte avec moi/Le crayon/L’épée de lumière/Le canon
Qui sert aux hommes…
Qui sert aux hommes… »

Image de prévisualisation YouTube

Le crayon, l’épée de lumière, le canon. Bel hommage à l’objet mais surtout à son pouvoir. Capable de contrer celui, maléfique, de l’Anneau, qui peut prendre, on le sait (et c’est sa force), de multiples formes.

Tout ça à cause d’un Bic Cristal.

(photo de l’auteur. épée Narsil)

Episode dépressif majeur ?


16 Avr

Dans la charmante mairie annexe du quartier sainte Radegonde (mais oui, ça existe) à Tours, par un après-midi radieux…

neelhe-marianne (2)

… j’ai croisé Marianne.

neelhe-marianne (1)

Comment dire ? Pas en forme, hein. Toujours jolie, c’est pas ça. Mais pâlotte, le regard un peu vide, comme absente à elle-même. Et même, si on est un peu attentif, franchement triste.

neelhe-marianne (3)

Comme si elle ne portait plus ses attributs que péniblement, comme des chaînes trop lourdes, alors qu’ils représentaient sa fierté.

neelhe-marianne (4)

Je surinterprète ? Peut-être. Mais pas si sûre.

Pourtant, comme chantait avec entrain Michel Delpech dans cette chanson de 1973, « Dieu, mais que Marianne était jolie » (vidéo d’époque croquignolette avec un Delpech coiffé comme Mireille Matthieu et chaussé comme Dalida). Elle doit avoir oublié, et oublié aussi notre regard, et notre affection.

http://www.dailymotion.com/video/x285jw

« Elle est née dans le Paris 1790/Comme une rose épanouie/Au jardin des fleurs de lys.
Marianne a cinq enfants/qu’elle élève de son mieux
Marianne a maintenant/quelques rides au coin des yeux.

Dieu ! Mais que Marianne était jolie/quand elle marchait dans les rues de Paris/en chantant à pleine voix : « Ça ira ça ira… » toute la vie.
Dieu ! Mais que Marianne était jolie/quand elle embrasait le coeur de Paris/en criant dessus les toits : « Ça ira ! ça ira ! » toute la vie. »

Oui, cet enthousiasme, cette jeunesse, ce vent de liberté, ces valeurs universelles balancées avec insolence à la face du vieux monde. Eh, Marianne, un Prozac ?

(photos de l’auteur)

Eolienne


11 Avr

Photo d’une éolienne (en est-ce une ?) qui, d’année en année, surplombe tous les jardins du festival (des jardins, justement) de Chaumont-sur-Loire.

neelhe-éole

Silhouette gracile se découpant dans le ciel, parfois à contre-jour, parfois en plein soleil.

… Et très beau clip, tonique, plein d’énergie et de grâce, pour ceux qui aiment la danse, d’une très belle chanson de Gaétan Roussel. Dieu seul sait qu’il m’énervait quand il braillait avec Louise Attaque « Je t’emmène au vent », mais là, force est de constater qu’il a tapé dans le mille, après « Help Myself (nous ne faisons que passer) » en 2010 (« Time to get away/got to help myself, soon/sans prendre le temps de s’arrêter/ dernier cri, premier arrivé/aurons-nous de l’eau cet été ?/tout le monde cherche à s’échapper…), petit rappel en vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

qui déjà mettait la barre haut (« Nous ne faisons que passer/dans l’ombre et la lumière/nous ne faisons que traverser/des océans, des déserts »), avec « Eolienne », sorti l’année dernière.

« Laissons les bises, alizées aux voiliers/
Aux petits drapeaux de plage/colorés/
Mistral chasseur de nuages laissons-les/
Souffler dans le ciel bleuté/De l’été/
Laissons les brises caresser les mollets/
De peur que les jolies gambettes /De fer forgée/
Des filles ou des girouettes/Haut perchés/
Laissons les courants d’air frais/
Circuler/

Laissons tout le vent enfermé/
Au fond de nos postes de télé/
S’évader…
Toute l’énergie éolienne/
Que nos existences contiennent/
S’envoler… »

Beau programme.

(photo de l’auteur)

Coquelicots


08 Avr

Jusque-là, le printemps était une sorte de souvenir émerveillé, dont on n’avait pas profité l’année dernière, et auquel on rêvait en contemplant par exemple ces coquelicots, vus en novembre au muséum d’histoire naturelle de Paris, dans le cadre de l’expo de photos de Sarah Moon.

neelhe-coquelicots (1)

Et puis, le printemps a soudain explosé, tout est en fleurs dans les jardins, les forêts, sur les bords de Loire, sur les coteaux… les jaunes pommiers du Japon, les roses cerisiers, les blancs pommiers, et les fleurs multicolores…

… L’éclat des coquelicots rouges, photographiés lors d’un printemps antérieur (2011) et au mois de juin (ne cherchez donc pas les coquelicots tout de suite)…

neelhe-coquelicots (2)

… le long des chemins, et dans la lumière…

neelhe-coquelicots (3)

Remontant à rebours le blog, à la suite des feuilles d’automne de « Rouge » et des pétales du bouquet de tulipes d’ « Intérieur rouge », je suis bien obligée de constater que pour moi (est-ce une réminiscence japonaise d’érables ?), fleurs ou feuilles + rouge = splendeur chatoyante – d’où envie de post qui suit le ravissement pour en rendre compte.

Dont acte.

(photos de l’auteur.)

Bande-son : pour contrer un peu cet enthousiasme , une chanson (elle aussi splendide, mais sur un mode plus tragique) où le rouge n’est pas synonyme de beauté mais de destruction. Peter Gabriel, « Red rain », issu de son album de 1986, « So ».

Image de prévisualisation YouTube

Red rain is coming down /Red rain
Red rain is pouring down /Pouring down all over me
« La pluie rouge tombe/La pluie rouge
La pluie rouge tombe comme un torrent/Elle tombe comme un torrent sur moi »

I am standing up at the water’s edge in my dream
I cannot make a single sound as you scream
It can’t be that cold, the ground is still warm to touch (Hay ay ay we touch)
This place is so quiet sensing that storm
« Dans mon rêve, je me lève au bord de l’eau/
Je ne peux pas émettre un seul son alors que toi, tu cries/
Il ne peut pas faire aussi froid, le sol est toujours chaud au toucher/
Cet endroit est si calme, on pressent cette tempête/

Well I’ve seen them buried in a sheltered place in this town
They tell you that this rain can sting, and look down
There is no blood around
See no sign of pain
Hay ay ay no pain
Seeing no red at all, see no rain
Je les ai vus se terrer dans un abri souterrain en ville/
Ils te disent que cette pluie peut blesser, et baissent les yeux/
Il n’y a pas de sang/
Aucun signe de douleur/
Pas de douleur/
Je ne vois pas de rouge du tout, je ne vois pas de pluie

(…)

And I can’t watch anymore
No more denial
It’s so hard to lay down in all of this
Et je ne peux plus rien voir/
Je ne peux plus nier l’évidence/
C’est si difficile de se débarrasser de tout cela
 »

Red rain coming down
Red rain is pouring down
Red rain is coming down all over me
I see it
La pluie rouge tombe/
La pluie rouge tombe comme un torrent/
La pluie rouge tombe comme un torrent sur moi/
Je la vois…

Red rain coming down
Red rain is pouring down
Red rain is coming down all over me
I’m bathing in
La pluie rouge tombe/
La pluie rouge tombe/
Le pluie rouge tombe et me recouvre/
Je me baigne dedans… »

« Au loin, les tours du Louvre… »


29 Mar

Un soir, à Paris, donc, vous sortez d’une expo aux arts déco (voir « Typorama »), vous avez un rendez-vous que vous êtres pressée d’honorer, vous marchez d’un pas décidé vers le métro « Palais-Royal » en longeant les bâtiments du Louvre, et vous vous arrêtez au feu rouge pour les piétons qui permet au flot de véhicules (beaucoup de scooters) de s’engouffrer dans le passage qui débouche, à votre droite, dans la grande cour du Louvre. Et là, vous vous dites : « ça fait longtemps que je ne l’ai pas vue la nuit, la cour, la pyramide, les façades, les lumières qui se reflètent dans les bassins. » Vous vous dites : « Je prends cinq minutes, j’y vais, ce serait dommage, je suis juste à côté. »

neelhe-paris-louvre (2)

Vous vous dites : « J’ai bien fait. » Puis : « Je vais avancer un peu. »

neelhe-paris-louvre (3)

Vous repartez, vous vous arrêtez, vous vous retournez, vous marchez d’un pas lent autour des lignes, des lumières, des symétries, au milieu des pierres, de l’eau, dans l’obscurité et le calme, le brouhaha lointain de la circulation et les voix des touristes étrangers et des marchands de tour Eiffel miniatures.

neelhe-paris-louvre (1)

Vous êtes emportée délicatement par la magie du lieu.

Finalement, vous êtes en retard à votre rendez-vous.

(photos de l’auteur)

Bande-son : Laurent Vouzy, « Le tableau », première chanson de son dernier bel album « Lys and love », médiéval, légendaire et amoureux. (Oui, je sais, c’est pas top branché, Laurent Voulzy. Tant pis. La chanson est réussie et le thème du passage d’un point du temps à un autre -le temps est-il linéaire ?- rarement traité en chansons).

Image de prévisualisation YouTube

« Mon air et mes mots subtils disent/que mon coeur en deux mille dix/voudrait tant, je le sens/partir en quatorze cents…

C’est un salon gothique/vaste et mélancolique/où comme une âme en peine/je traîne…
Là-haut parmi les ombres/un tableau très sombre/me retient toujours/comme un amour…
La nuit, souvent, j’emprunte/du temps le labyrinthe/pour m’allonger dans le tableau…

Près d’une épée sortie/vous, dans l’herbe endormie/
Devant un paysage/votre visage/qui la nuit vient vers moi/
Provoquant l’émoi que je chante aujourd’hui/comme un ennui…
Alors le vent se lève/je sens bouger vos lèvres/
Et là-bas/les soldats ne nous voient pas/
Votre pourpoint qui s’ouvre/au loin, les tours du Louvre
Le ciel est tourmenté par vos beautés…

Et mon air et mes mots subtils/disent
Que mon coeur en deux mille dix
voudrait tant, je le sens,
Partir en quatorze cents… »

Scrapbook/3


18 Mar

Souvent…

neelhe-scrapbook 3 (3)

Dans ce cas, parfois, je me tourne silencieusement vers…

neelhe-scrapbook 3 (4)

… et on ne me voit plus pendant un temps. Je suis absorbée par…

neelhe-scrapbook 3 (6)

Et parfois, face au découragement qui menace, je me demande :

neelhe-scrapbook 3 (7)

Oui ?

neelhe-scrapbook 3 (8)

Et je finis par me rassurer, un peu :

neelhe-scrapbook 3

Bande- son : « Dream baby dream », chant de foi du dernier album de Bruce Springsteen, reprise du groupe Suicide. Entendu par moi pour la première fois lors du bouleversant concert de 2005 à Bercy, en final d’un concert acoustique époustouflant de Bruce en solo. Ici, la vidéo est un bel hommage à la ferveur qui règne lors de ses concerts. (Je le sais, j’y suis souvent.)

Image de prévisualisation YouTube

 

(photos de l’auteur)

Intérieur rouge


04 Fév

En septembre dernier, souvenez-vous, j’étais à Chaumont pour le festival des jardins (voir « Over the Loire » et « La jetée »).  Avant la visite des jardins, nous avons visité le château dans lequel étaient exposées différentes œuvres d’art contemporain. Dans la première salle, j’avais d’ailleurs croisé ces tulipes (sans retenir le nom de l’artiste, je m’en excuse auprès de lui ou d’elle), assez monumentales.

neelhe-tulipes-rouge (2)

Cet après-midi, chez moi, le soleil inondait de lumière le bouquet plus modeste posé devant la fenêtre.

neelhe-tulipes-rouge (3)

J’ai pensé à ce tableau vu à Chaumont.

neelhe-tulipes-rouge (4)

J’ai tourné autour des fleurs.

neelhe-tulipes-rouge (5)

Ce que je préfère, c’est l’intérieur.

neelhe-tulipes-rouge (1)

Vous vous souvenez de « Rouge », mon post de décembre dernier sur les bords de Loire ? Aujourd’hui, il s’agit de rouge intérieur. Et après les derniers posts, noir et blanc ou gris pour la plupart, je suis contente de faire éclater à nouveau ce « rouge trompette », la couleur que Rimbaud associait au « i » dans ses « Voyelles » (« A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu ») :

« I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes… »

(photos de l’auteur)

Bande-son : Jean-Louis Murat (avec Camille sur la vidéo), « Polly Jean »

http://www.dailymotion.com/video/x12qmc

« Je voulais voir des corsaires/User des espadons
Me baigner nu dans la mer/Changer de religion

Enfin sauter du manège/Chavirer dans la nuit
Voir si je serais le même/Sur la mer en furie

J´avais rêvé de poursuivre/Sur des rochers luisants
Le galurin de PJ/Galure rouge sang

Profilée dans ses étoffes/Elle hâtait le pas
Elle embrasa/Comme fastoche
Toutes nos haies de lilas

La houle du désir/Emportait Saint-Malo
Nos cœurs évanouis/Gisaient au fond de l´eau

J´ai soulevé la mantille/Aspergé de citron
L´âme grise qu´on aspire

Je regarde et me fascine/La vague où je m´ébats
J´y vois rouler des mantilles/Que je ne connais pas

Voilà déjà que claque/Son tissu rouge sang
Elle en coiffe sa tête/Et me glace Le sang

J´avais rêvé de poursuivre/Sur des rochers luisants
Le galurin de PJ/Galure rouge sang

Même pris par la police/Police des sentiments
Je garde intact mon désir/Rouge sang Dedans

Sur les mâts de misaine/Les marins vous diront/
Que le galure de la reine/N´existe qu´en chansons

J´avais rêvé de poursuivre/Sur des rochers luisants
Le galurin de PJ/Galure rouge sang »

PS. Pour les amoureux des fleurs (j’en connais), qu’ils se rassurent : j’ai mis les fleurs à l’ombre aussitôt les photos prises.

Scrapbook/2


28 Jan

Parfois, j’ai envie de…

neelhe-scrapbook2 (9)

Parce que, vraiment (même si je vais voter pour elle, what else ?)…
neelhe-scrapbook2 (2)

… et que dans certaines situations un peu absurdes, je me demande…

neelhe-scrapbook2 (5)

Hein ?

neelhe-scrapbook2 (6)

Dans ces cas-là, je dis à mes amis…

neelhe-scrapbook2 (10)

Ou si je suis vraiment déprimée, je mets mon casque et mes lunettes et je laisse un mot (que personne ne croit)…
neelhe-scrapbook2 (7)

 

(photos de l’auteur, d’après des articles et des photos dont je n’ai pas noté les origines ou les crédits, sorry)

 

Bande-son : Talking Heads, Road to nowhere  (ne pas s’arrêter aux 37 premières secondes, très « chorale américaine », la suite est plus… tonique ? sinistre ? joyeuse ? cynique ? à vous de voir)

Image de prévisualisation YouTube

« We’re on a road to nowhere/Come on inside… »
« Nous sommes en route vers nulle part/Rejoins-nous… »

Eblouissement


07 Jan

Pour commencer l’année, envie d’un mot qui contient de l’or, de l’encre, et du cor(ps). Je l’ai croisé sur un mur de Paris, comme tapé à la machine sur la pierre.

neelhe-paris-encore

Oui, une année de plus. Loin de la morosité et du cynisme ambiant, me rapprocher de la peau de la pierre pour que le mur me le murmure [encore.] une fois :

neelhe-paris-encore (2)

Par moments, j’ai encore cet éblouissement. Je mesure ma chance. Être en vie.

 

Bande-son : Julien Doré, « Heaven » (‘il faut juste passer les 3 secondes du début)

Image de prévisualisation YouTube

 

(Photos de l’auteur.)

Rouge


13 Déc

Bords de Loire, sous un ciel un peu nuageux, soleil qui tarde à percer, parmi les troncs d’arbres dépouillés, les forêts de branches dénudées, une ambiance noire, blanche et grise. Et…

neelhe-bords de Loire-rouge (3)

… une tache rouge, qui contraste avec l’eau sombre du fleuve, et ses reflets enchevêtrés…

neelhe-bords de Loire-rouge (1)

… une tache rouge, et jaune.

neelhe-bords de Loire-rouge (2)

Qui a dit que l’automne est une saison moche ?

Bande-son : Indochine, « Savoure le rouge » (1993), avec un clip de Caro, ambiance très « Delicatessen », et des paroles très… physiques…

Image de prévisualisation YouTube

« Savoure-moi, savoure-toi/savoure le rouge/mon amour…

« …tu me griffes la peau sur le tableau/et un jour je te peindrai entière/
sur tout ton corps je te peindrai dans l’or/
l’ultra chair/mon huile et ma déesse/
retourne toi/retourne dans le rouge…

et conduis-moi  vers ton endroit mon bébé/
parle-moi, parle-moi de ton humidité/
décris-moi, décris-moi, sale et beau à la fois… »

(photos de l’auteur)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).