Archive for the ‘Ouest attitude’ Category

Ré (sans do ni mi)


15 Oct

L’île de Ré est une terre plate, gorgée d’eau qui reflète le ciel immense, de marais, de végétation, d’oiseaux et de lapins et d’ânes – THE baudet du Poitou à cheveux longs et dreadlocks…

neelhe-ile de ré (1)

L’île de Ré est une terre allongée sur laquelle pousse en octobre une herbe rouge (la salicorne en pleine floraison) qui rend plus lumineux le patchwork des parcelles…

neelhe-ile de ré (2)

On y croise parfois quelques ruines, et cette terre aimable et civilisée, très chic par endroits, se révèle au coin d’un chemin (une piste cyclable serait plus juste) une possible terre de légendes…

neelhe-ile de ré (3)

L’ouest attitude, dans sa diversité et sa beauté d’automne.

(photos de l’auteur)

Echappée belle


02 Juin

Même sous le ciel gris de jeudi dernier, seule journée où le soleil a fait défaut…

neelhe-granville (1)

… à marée basse, la grève du Nord aux pieds des remparts de Granville, dans le département de la Manche, au sud du Cotentin, et ses dégradés de bleu-gris du ciel, vert parfois émeraude de la mer, ocre pâle du sable et noir tacheté des rochers offrent un support toujours renouvelé à la contemplation, une piste de décollage idéale vers un ailleurs non localisé…

neelhe-granville (2)

… et une perception de l’espace, à rebours de celle de nos villes, immense.

(photos de l’auteur)

Coquilles


09 Mar

Sur la grève du Nord, à Granville, tout est question d’échelle. On peut en rester à l’immensité du ciel, qu’il soit uniformémént et presqu’aveuglément bleu (voir « Tant d’espace(s) » et « La baie ») ou qu’il contienne toutes les nuances possibles de lumières et de couleurs…

On peut aussi passer plusieurs heures à arpenter la grève à marée basse, et découvrir un monde fantastique parfois minuscule et inattendu (voir « Rivages I » et « Rivages II ») dans cette vision du tout-proche auquel on ne prête généralement guère d’attention…

En me baladant, je me suis rendu compte que les coquillages sont comme nous : ils se fripent, ils se rident, ils vieillissent, ils cumulent usure, rides et cicatrices… Leur peau devient plus fine…

neelhe-granville-coquillages (4)

… quelques minuscules trous apparaissent…

neelhe-granville-coquillages (12)

… les stries s’adoucissent…

neelhe-granville-coquillages (9)

… puis les rides deviennent plus profondes…

neelhe-granville-coquillages (2)

… en arrivent à rendre la coque trop fragile…

neelhe-granville-coquillages (5)

Chaque coquillage devient comme un visage buriné, tavelé, unique…

neelhe-granville-coquillages (10)

… et émouvant, comme le sont les visages des gens qui portent les traces du temps avec une certaine fierté…
neelhe-granville-coquillages (6)

… et fragile, comme nous le sommes tous.

(Photos de l’auteur)

Marée d’équinoxe


04 Mar

Comme le dit justement l’affiche de cette expo de Michel Molins à la galerie de l’Os à Granville…

neelhe-granville-ciels

… et les jours de grande marée, sur la grève du Nord, point de fuite face à l’immensité des ciels et à leur variation…

neelhe-granville-ciels (2)

… au jeu de cache-cache incessant entre soleil et nuages, aux trombes d’eau qu’on devine tombant au large sur les îles Chausey…

neelhe-granville-ciels (4)

… aux reflets du ciel sur le sable de l’immense grève découverte…

neelhe-granville-ciels (3)

… ni face à l’émerveillement soudain de l’apparition magique d’un arc-en-ciel sur la mer…

neelhe-granville-ciels (7)

Face à l’horizon, point de fuite, non. Ou beaucoup trop de points de fuite…

(photos de l’auteur)

L’autre baie, deuxième


01 Oct

En baie de Somme, le week-end, hors saison, on trouve…

… des ciels chargés de nuages et d’infini, allongés sur des étendues sableuses mêlées de traînées d’eau à marée basse…

neelhe-baie de Somme 2 (2)

… des ciels lumineux aux couleurs changeantes quand ils se découvrent, et des sols de sable blond et sec, avec une végétation rase et courageuse…

neelhe-baie de Somme 2 (6)

… des escargots petits et presque malicieux avec leurs grains de sable sur la coquille, comme s’ils revenaient de la plage, eux aussi (voir le post « la liberté de l’escargot »)…

neelhe-baie de Somme 2 (3)

… et, comme il y a beaucoup d’oiseaux dans la baie, des plumes, accrochées à des tiges comme si elles en étaient les feuilles ou les fruits naturels, se balançant au gré des rafales du vent…

neelhe-baie de Somme 2 (4)

… des bouquets d’oyats sur les dunes, et de longues plantations de beaux piquets en bois pour que les dunes tiennent à leur place…

neelhe-baie de Somme 2 (5)

… en revenant en ville, une enfilade de cabanes de plage bleues et blanches sur la jetée…

neelhe-baie de Somme 2 (8)

… et en rentrant dans la belle maison qui porte le doux nom de  « Madeleine » (si vous cliquez sur le lien, vous verrez ses belles chambres d’hôtes sur le site…

neelhe-baie de Somme 2

… qui vous expliquera même pourquoi la maison voisine s’appelle Suzanne – une histoire de famille, bien sûr)…

neelhe-baie de Somme 2 (10)

… une phrase écrite sur le mur d’entrée…

neelhe-baie de Somme 2 (9)

… vous allez penser que je me fais une crise U2, après « Walk On », mais ce n’était pas prémédité.. du coup, la bande-son s’impose d’elle-même : U2, « Beautiful day »…

Image de prévisualisation YouTube

« C’est une journée magnifique, ne la laisse pas filer… »

(photos de l’auteur)

De fil en aiguille


20 Sep

Vous commencez à connaître ma passion pour les fils électriques, les poteaux pareillement dits électriques et les atmosphères noir et blanc, comme dans les vieux films avec Humphrey Bogart ou Robert Mitchum, et une musique de fond un rien jazzy… ?

Là où j’étais le week-end dernier, de l’autre côté de la fenêtre, il y avait ça :

neelhe-baie de Somme-électrique

… je ne sais pas comment ça s’appelle… un raccordement ? Quoi qu’il en soit, c’était très beau, très graphique, dans cette ville de bord de baie un peu déserte, dans ce début de « hors saison », dans cette atmosphère de soirée au taux d’humidité de l’air élevé, au vent calmé, mais dont on sent qu’il va revenir, que ce n’est qu’une accalmie, et que ça ne va pas être de la rigolade (et de fait…).

Ca ressemble un peu à une portée de musique, ces fils, il y a même le bon nombre de traits (mi-sol-si-ré-fa) pour une clé de sol basique… belle partition pour le coup de vent du lendemain, les bourrasques faisant chanter et danser (voire même jerker) directement les fils, sans leur demander leur avis.

Notre inspecteur disquaire suggérait « So what » de Miles Davis en bande-son pour le post « Un peu d’ombre » .

Pour ces fils électriques nocturnes de cette petite ville de la baie de Somme, j’envisage plutôt la BO de la série de David Lynch « Twin Peaks », la fameuse musique d’Angelo Badalamenti…

Image de prévisualisation YouTube

Rassurez-vous : pas de Laura Palmer au Crotoy. Enfin, je ne crois pas…

(photo de l’auteur)

L’autre baie


17 Sep

Le week-end dernier, j’étais dans…

neelhe-baie de Somme (2)

Juste pour vous donner une respiration, le vent qui circule, imprévisible (et qui doit pouvoir rendre fou), et l’immensité des étendues sableuses, à marée basse, une image de la baie vers le large, et à droite le parc du Marquenterre, le dimanche de soleil :

neelhe-baie de Somme (3)

… et vers l’intérieur de la baie, le samedi de nuages :

neelhe-baie de Somme (5)

La terre, la mer et le sable.

Et le ciel.

neelhe-baie de Somme (4)

A proprement parler : immense.

(photos de l’auteur)

Tant d’espace(s)


12 Juil

Je parlais d’espace… en plan très large, sentiment d’immensité, noyé dans la lumière, magnifié par l’entrelacs des nuances infinies du bleu et du sable du rivage, à marée basse…

neelhe-granville-juillet13 (2)

… ou vers le soleil, où l’eau et le ciel se confondent dans un même éblouissement…

neelhe-granville-juillet13 (3)

… et, changement d’échelle, en très gros plan, ce petit coquillage dépassant d’une mare d’eau de mer aux reflets doux sur la grève, et les grains de sable qui l’entourent…

neelhe-granville-juillet13

La beauté immense constituée, comme un kaléidoscope, de milliards de minuscules fragments d’infinitésimale beauté, presque invisible à l’oeil nu…

(photos de l’auteur)

Bande-son : Etienne Daho – non, pas « Bleu comme toi » (trop facile) et justement déjà cité dans « Bleu » – mais le langoureux et presque dangereux « Caribbean Sea » (« Caribbean, caribbean Blue, Blue Nights, on islands ») du même album « Pour nos vies martiennes » de 1988.

Espace/temps


09 Juil

De cette supplique  lue sur un mur de Granville : « donne(z)-moi de l’espace/donne(z)-moi du temps »…

neelhe-granville

.. une réponse,  sous forme d’image… de l’espace…

neelhe-granville-juillet13

… de l’espace…

neelhe-granville-juillet13 (2)

… et du temps. Enfin.

(photos de l’auteur)

La baie


28 Juin

Balade le long de la baie du Mont Saint-Michel, en hauteur, sur la falaise.

neelhe-granville-baiemtstmichel (2)

On a beau connaître ces quelques kilomètres presque par coeur, on ne peut pas se lasser, et à chaque fois, je suis émerveillée de retrouver, parfois sous la pluie, parfois dans la brume, parfois même bien dégagée, la silhouette du Mont, son rocher, et la flèche de l’abbaye, qui jaillissent du paysage plat, aux couleurs perpétuellement changeantes de la baie – la mer, ses flux et reflux, et les sables.

neelhe-granville-baiemtstmichel

Quelques pêcheurs à pied profitent de cette marée basse…

neelhe-granville-baiemtstmichel (3)

… et au retour, vers le nord et la pleine mer, aux couleurs presque tropicales, la cabane Vauban et les îles Chausey sur la ligne de l’horizon.

neelhe-granville-baiemtstmichel (5)

Ici, il y a souvent de ces moments de grâce…

(photos de l’auteur)

Bande-son : the Stills-Young band, « Midnight on the bay » (chanson douce de Neil Young de 1976).

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).