Archive for décembre, 2012

2013


31 Déc

Sans trop long discours, juste vous souhaiter (et à moi-même !), de passer de

neelhe-expo néons-maisonrouge-avril2012 (2)

à

neelhe-expo néons-maisonrouge-avril2012

Soyez le plus heureux possible !

Et, en même temps, passer d’une année à une autre, c’est une transition, non ? Bon passage !

(photos de l’auteur : exposition à la Maison Rouge, « Néon, who’s afraid of red, yellow and blue ? »)

Intérieur temple II


30 Déc

En cet avant-dernier jour de l’année, envie de partager, en s’approchant petit à petit, la vision de l’intérieur de quelques temples bouddhistes.

Ôter ses souliers avant de monter les deux marches qui permettent d’entrer, sentir la texture du bois du sol sous ses pieds, à travers les chaussettes. Puis celle du tapis, puis du tatamis.

neelhe-japon-nara-objetsculte

Tout est en ordre, chaque objet à sa place, dont on devine l’utilité, sans en être vraiment certain – on est loin de ses repères européens -, les grands « bols chantants », et l’espèce de coquillage, sortes de gongs, et les instruments pour les frapper, maillets, marteaux, baguettes, plus ou moins fort, et faire vibrer le son, clair ou sourd, et sentir son épaisseur résonner dans l’air et l’habiter. Les statues des bouddhas, des maîtres éveillés. Les fleurs, les bougies, les offrandes. La paille des tatamis, le bois du bâtiment.

neelhe-japon-kamakura-objetsculte (2)

Le calme qui règne, et la lumière qui provient de partout à la fois, jamais éblouissante, douce.

neelhe-japon-kamakura-objetsculte

Et les idéogrammes indéchiffrables (pour nous) et sans doute sacrés sur du vieux papier.

neelhe-japon-nara (6)

Un peu de respiration.

Le voyage au Japon se termine… (presque…)

(photos de l’auteur)

Objets de culte


28 Déc

Deux religions principales cohabitent au Japon : le shintoïsme et le bouddhisme. Elles cohabitent si bien que les Japonais pratiquent souvent les deux… et que le voyageur a au début du mal à s’y retrouver…

Voici quelques objets, plutôt bouddhistes, mais comme vous allez le voir, ils  sont assez universels…

L’encens, ici au Senso-ji d’Asakusa, à Tokyo…

neelhe-japon-tokyo-asakusa

… brûlé en dehors des temples, et dont on attire la fumée vers sa tête en signe de volonté de purification… ici, à Nara…

neelhe-japon-nara (2)

Les cloches, ici à Kamakura, au sanctuaire Hanso-bo qui domine le site et le Pacifique plus loin….

neelhe-japon-kamakura

Ou à Kyoto…

neelhe-japon-kyoto

Et avant d’entrer dans les temples  (plutôt bouddhistes) ou les sanctuaires (plutôt shinto), le rituel de la purification par l’eau : on verse un peu d’eau recueille dans le petit récipient sur chacune de ses mains puis on en prend un peu dans sa bouche (et on la recrache ou non, j’ai vu les deux versions)… au Sensô-ji, encore…

neelhe-japon-tokyo-asakusa (3)

Ou à Nara, au Gangô-ji…

neelhe-japon-nara

Le rapport à la religion semble simple, et les rites semblent naturels, tellement que je me suis surprise à frapper dans ses mains devant un autel shinto ou a taper sur un « bol chantant » dans un temple bouddhiste…

(Photos de l’auteur, sauf photo 1 C. Levesque)

Tanuki


27 Déc

Le premier jour, à Asakusa, à Tokyo, je les a vues, et photographiées, ces bestioles, dans la cour  d’un petit temple latéral au grand Sensô-ji…

Japon 052

… toutes mignonnes, le ventre rebondi, le regard légèrement suppliant, une espèce de chapeau de paille tombant dans le dos, et tenu par une ficelle…

Je les a recroisées, pas toujours photographiées, c’était un peu toujours la même gentille bestiole, parfois seule, parfois à deux… dans des quartiers différents, dans des villes différentes… Je me disais : c’est une sorte de symbole, de mascotte. Mais je ne me suis pas demandé clairement : mais c’est quoi, c’est qui, ces mammifères qui ressemblent à des taupes, ou à des blaireaux ? Qu’est-ce qu’ils font partout, dans les temples, aux carrefours, dans les rues…?

Une fois rentrée en France, je les ai un peu oubliés… jusqu’aux courses de Noël, où l’un des cadeaux demandés était le livre de Marie Caillou, Les Monstres de Mayuko… En rentrant de la librairie spécialisée en BD où je l’avais trouvé, j’ai ouvert le livre, que je trouvais beau et japonisant, et là :

monstres-de-mayuko-02

La bestiole était revenue ! Il fallait en savoir plus, cette fois, alors j’ai cherché, et j’ai trouvé, notamment sur le site Shinryu, auquel j’emprunte les informations suivantes.

Ce sont des tanuki.

Quoi ? Tanuki est le mot japonais qui désigne le chien viverrin. Ce petit animal (environ 60 cm), de la famille des canidés (comme son nom l’indique) est originaire du Japon, il vit dans les régions montagneuses ou forestières et affronte l’hiver en sombrant dans un sommeil proche de l’hibernation. De mœurs principalement nocturnes, c’est un animal plutôt discret et solitaire et l’on n’observe pas de structure sociale aussi élaborée que chez d’autres canidés, bien que certains individus apprécient la présence de leurs congénères. Vous voulez voir leur tête ?

Nyctereutes_procyonoides

D’accord, mais que font leurs représentations partout dans les rues ? c’est simple : originaires de l’archipel,  ils font partie du folklore japonais depuis des temps immémoriaux.  Ils appartiennent à la catégories des yôkai (« être vivant, forme d’existence ou phénomène auxquels on peut appliquer les qualificatifs extraordinaire, mystérieux, bizarre, étrange et sinistre ») comme les kitsune, les fameux renards dont on voit aussi de nombreuses représentations, notamment au sanctuaire Fushimi Inari à Kyoto…

neelhe-c.levesque.kyoto-renard (2)

neelhe-c.levesque.kyoto-renard (7)

neelhe-c.levesque.kyoto-renard (8)

Mais revenons à nos tanuki : ces petits animaux, dans leur version légendaire,  sont réputés être malicieux et jovials, mais un peu naïfs et tête-en-l’air. On les trouve souvent devant les temples ou les restaurants, et ils sont représentés avec un grand chapeau, une bouteille de saké dans une main et un billet à ordre ou un porte-monnaie vide dans l’autre. De nombreuses statues les montrent avec de grosses testicules, détail souvent omis dans les sculptures plus contemporaines. Ils sont les héros de nombreux contes populaires, de chansons traditionnelles, ils sont même remis au goûtdu jour grâce à leur apparition dans de nombreux jeux vidéos populaires (Super Mario, Pocky et Rocky…) et dans les films d’animation, notamment ceux des célèbres studios Ghibli (Pompoko…). Mais attention, tanuki est souvent traduit par erreur par raton laveur ou blaireau. La seule traduction de tanuki est : tanuki !… Qu’on se le dise !

(Photo 1 de l’auteur;  reproduction d’une page des Monstres de Mayuko, de Marie Caillou ; photo 2  issue du site Shinryu ; photos 3, 4 et 5 Catherine Levesque)

Merii kurisumasu !


24 Déc

Merii kurisumasu, ça ne vous rappelle rien, genre en anglais… ? Faut dire : Noël ou Christmas au Japon, c’est de l’importation récente…

En clair :

jap_noel

Noyeux Joël à tous !

neelhe-feu-artifice (1)

Voire :

neelhe-feu-artifice (2)

(photos de l’auteur; idéogramme de Freelang )

Idées cadeaux


23 Déc

Veille de Noël : vous avez choisi vos cadeaux ?

Des boutons… nacre, bois, plastique ?

neelhe-japon-kamakura (6)

Un bouquin d’occasion ?

neelhe-japon-kamakura

Un sceau pour signer les documents plus ou moins officiels à l’encre rouge, à l’initiale de son nom de famille, ou représentant un symbole que l’on aime… ?

neelhe-japon-sceaux

Un peu de papier washi, en feuilles ou en rouleau ?

neelhe-japon-papier-washi

Patience dans les échoppes…

(Photos de l’auteur)

Parapluie


22 Déc

… Perdu deux parapluies cette semaine. Mais vous avez vu cette pluie effrayante de présence, de régularité, de constance ?

Au Japon aussi, parfois il pleut, comme ici à Kyoto, ciel vide, traînées de parapluies sur ce pont, le Sanjō Ōhashi, qui marquait le terminus du Tokaïdo, l’ancienne route reliant Tokyo à Kyoto…

neelhe-japon-kyoto-pluie

Et dans ces cas-là, quand vous allez aux bains publics de votre quartier par exemple, vous laissez votre parapluie à l’espèce de consigne à parapluies dans  l’entrée…

neelhe-japon-tokyo-consigne-parapluies

… (jamais vu ça ailleurs que là-bas)… Et vous gardez votre parapluie plus longtemps (quand vous ne l’oubliez pas à la consigne) !

(Photo 1 : Catherine Levesque ;  photo 2 de l’auteur)

Prêter attention à la mousse


21 Déc

En mars 2011, quelques semaines après le triple drame japonais du tremblement de terre-tsunami-accident nucléaire, l’hebdomadaire Télérama publiait une interview de Philippe Picquier, créateur de la maison d’édition du même nom, spécialisée dans la parution de livres sur l’Asie ou de livres asiatiques. Ses paroles n’ont pas été pour rien dans ma volonté renouvelée d’aller visiter ce pays.  Je vous en livre quelques extraits, vous allez comprendre…

 » La littérature japonaise décrit toujours un monde flottant, où l’on avance entre le réel et la fiction comme sur un tapis roulant, avec un sentiment très fort de l’éphémère (…). Les Japonais préfèrent toujours l’obscurité à la lumière, la modestie à l’esbroufe. Un proverbe dit que l’ombre de l’arbre est plus belle que l’arbre lui-même. Au Japon, on apprécie le renoncement, non pas pour le plaisir de souffrir, mais parce que l’on sait que tout se volatilise. C’est une chose que l’on ne peut pas comprendre en Occident. Question d’éducation, de culture : ici, on est incapable de prêter attention à la mousse.

neelhe-Japon-jardins-mousse

– A la mousse ?

– La mousse que l’on trouve au pied des arbres, dans les recoins des pierres…

neelhe-Japon-jardins-mousse (8)

Devant le sentiment du temps qui passe, de l’irrémédiable, « le présent des choses présentes » (saint Augustin) prend au Japon une signification particulière : la simplicité d’un jardin de mousses…

neelhe-Japon-jardins-mousse (4)

…, d’une herbe modeste et discrète au bord du chemin peut être source inattendue d’émerveillement, comme de nostalgie poignante, parfois de solitude et de résignation. La mousse est l’incarnation même de l’humilité.

neelhe-Japon-jardins-mousse (3)

C’est inné, les Japonais savent lui prêter attention et recevoir ce qu’elle veut transmettre. Tout est question de regard. Si vous faites attention à ce qui compose l’environnement, votre regard est transformé.

neelhe-Japon-jardins-mousse (6)

Dans leur vie quotidienne, les Japonais habitent intégralement l’incompréhension de soi face au monde. »

Qu’ajouter ? Si, une chose : essayons de prêter attention aux petites choses, même ici, loin du Japon… la mousse, les pétales, l’odeur de la terre, les couleurs des feuilles, même tombées à terre, une petite pierre ramassée dans un endroit qui nous est cher, un noyau, le sien ou non…

neelhe-Japon-jardins-mousse (7)

(Photos de l’auteur)

Nara thé


20 Déc

J’adore le Japon, vous l’avez compris, c’est une terre, un peuple, une façon de pensée avec laquelle je me sens en harmonie, sans avoir bien sûr la prétention d’avoir pris la mesure de tous les aspects de leur géographie, de leur histoire, de leur culture, de leurs mœurs, lors de ce voyage…

Il y a cependant un point douloureux, le sujet qui fâche, le truc auquel je n’arrive pas à me résoudre, malgré mes efforts, anciens et récents : le thé. Le thé, qui fait partie de leur monde, comme une évidence ; le thé qui est d’ailleurs un monde en soi ;  le thé que je n’aime pas, rien à faire. Et pourtant…

A Nara, notre chemin a croisé une vieille (plus de 100 ans, nous a dit la propriétaire) boutique pleine de charme, où l’on vend et où l’on « fabrique » plusieurs sortes de thés, tous verts, si j’ai bien compris…

neelhe-japon-nara-yamato-cha

Son nom est « Yamato-cha », « cha » veut dire « thé » et Yamato, je ne sais pas, Yamato peut-être, un prénom ?…

neelhe-japon-nara-yamato-cha (7)

A l’intérieur, évidemment, plusieurs tables basses présentant les produits fabriqués…

neelhe-japon-nara-yamato-cha (6)

Des choses précieuses dans de petits sachets, de petits sacs évidemment bien présentés… Des feuilles de thé séchées, dont on devine la subtilité de l’odeur et du goût…

neelhe-japon-nara-yamato-cha (3)

Une vieille machine à « torréfier » (c’est une hérésie, je sais, mais je ne connais pas le vocabulaire du thé !… sécher ? fumer ? ) les feuilles, qui fonctionne encore…

neelhe-japon-nara-yamato-cha (5)

… bien rangées ensuite dans des bocaux, eux-mêmes bien rangés, dans cette boutique toute de bois…

neelhe-japon-nara-yamato-cha (4)

Tout ça pour obtenir ces thés, au goût subtil et aux vertus nombreuses… notamment le Genmaicha, thé vert mélangé à des grains de riz grillé, ou le Gyokuro, thé vert de haute qualité, au goût très doux (paraît-il)…

neelhe-japon-nara-yamato-cha (2)

Ah là là, ça a l’air bon et délicat… D’accord, je réessayerai une nouvelle fois…

(Photos de l’auteur)

Seuils de bambous


19 Déc

Vous vous souvenez peut-être de ma déclaration d’amour à ces végétaux magiques que sont les bambous

Juste pour que vous ressentiez à nouveau leur souplesse et leur résistance, le toucher de leur écorce, la douceur et la gracilité de leurs feuilles, les différentes nuances de vert… ici, quelques bambous à Kamakura…

neelhe-japon-kamakura

Et la lumière dans les frondaisons… ce n’est pas la flamboyance des érables ou des ginkgos, mais la manière dont la lumière est filtrée la rend douce et comme mousseuse…

neelhe-japon-kamakura (2)

Donc, imaginez mon émotion à voir de petites barrières faites de bambous…

neelhe-japon-nara

… Et des petits portails, plus symboliques qu’efficaces pour arrêter quoi que ce soit, même le vent…

neelhe-japon-kyoto-daitoku-ji

Et avec quelques petites planches d’un autre bois, un peu de mousse et quelques feuilles d’érable tombées, on le verrait bien dans son jardin, ce petit portail…

neelhe-japon-kyoto-tenju-an

Le jardin idéal, et la porte du Paradis ?

(Photos de l’auteur)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).