Archive for juin, 2013

La baie


28 Juin

Balade le long de la baie du Mont Saint-Michel, en hauteur, sur la falaise.

neelhe-granville-baiemtstmichel (2)

On a beau connaître ces quelques kilomètres presque par coeur, on ne peut pas se lasser, et à chaque fois, je suis émerveillée de retrouver, parfois sous la pluie, parfois dans la brume, parfois même bien dégagée, la silhouette du Mont, son rocher, et la flèche de l’abbaye, qui jaillissent du paysage plat, aux couleurs perpétuellement changeantes de la baie – la mer, ses flux et reflux, et les sables.

neelhe-granville-baiemtstmichel

Quelques pêcheurs à pied profitent de cette marée basse…

neelhe-granville-baiemtstmichel (3)

… et au retour, vers le nord et la pleine mer, aux couleurs presque tropicales, la cabane Vauban et les îles Chausey sur la ligne de l’horizon.

neelhe-granville-baiemtstmichel (5)

Ici, il y a souvent de ces moments de grâce…

(photos de l’auteur)

Bande-son : the Stills-Young band, « Midnight on the bay » (chanson douce de Neil Young de 1976).

Couchant


26 Juin

Je suis de retour sur mes rivages normands (voir Fragments de (gran)ville, Rivages I et Rivages II), autrement dit de retour sur ce rocher où la connexion avec internet, le vaste monde et le tableau de bord de mon blog est redevenue aléatoire, pour le dire sobrement.

Alors, pour les quinze jours qui viennent, soyez patients, les posts viendront mais pas forcément les mardis et vendredis…

Pour vous mettre dans le bain, c’est le cas de le dire… quelques vues de l’ouest, coucher de soleil, là même où l’année dernière en juillet, j’ai vu pour la première fois le fameux « rayon vert », cher à Eric Rohmer (voir son film de 1986, avec Marie Rivière), ce « phénomène optique rare qui peut être observé au lever ou au coucher du Soleil, et qui prend la forme d’un point vert visible un bref instant (quelques secondes) à son sommet, lorsqu’il frôle l’horizon » (Wikipédia). Un moment fugace et magique.

neelhe-granville-juin13 (2)

Pour l’heure, pas de rayon vert, mais presque mieux : un ciel dégagé, qui a été bleu toute la journée… et par les temps qui courent, c’est déjà miraculeux en soi ! Une mer à marée haute, qui se laisse caresser par les rayons du couchant…

neelhe-granville-juin13 (5)

Et un soleil rougeoyant, indiquant que peut-être il fera beau aussi demain !

neelhe-granville-juin13 (3)

L’été, enfin ?

(photos de l’auteur)

Vinyl records


21 Juin

Cette semaine, dans la lignée de la catégorie « Pochettes surprises », plutôt que de détailler une pochette de disque de « Madison », le magasin de vinyles de Bertrand à Tours, petit flash-back sur le Somerset trip… entre autres spécialités, les Anglais gardent, plus que nous apparemment, la culture du « disque noir » et j’ai croisé pas mal de disquaires, des vrais (qui vendent des vinyles, quoi !). Petit florilège, et petite balade…

A Taunton, sans doute le magasin le plus grand et le plus beau…

Somerset-disquaires-vinyles (8)

« Blackcat Records »… les disques du chat noir. Avec un nom comme ça, je ne pouvais que tomber sous le charme (bien qu’un chat européen, un bon vieux gouttière, tigré gris, beige, blanc et noir, c’est très bien aussi, même peut-être un poil mieux… « Gouttière Cat  Records » ?…). Avouez que leur logo est bien trouvé, non ?

Somerset-disquaires-vinyles (9)

Et l’intérieur aussi, spacieux, qui offre (comme chez Bertrand) vinyles et cd…

Somerset-disquaires-vinyles

A Brighton, à l’intérieur du marché couvert Saint-quelque chose (le nom m’échappe et je ne le retrouve pas sur le net..!)… des disques dont le vinyle n’est pas banalement noir, mais vert ou rose ou même directement décoré d’une photo… (pour ma part, je possède un exemplaire du « Sergent Pepper » des Beatles au vinyle orange !)

Somerset-disquaires-vinyles (2)

… Des petites échoppes dans les allées…

Somerset-disquaires-vinyles (4)

… Au moins quatre spécialistes des vieux disques, occasions d’époque et réimpressions…

Somerset-disquaires-vinyles (3)

… certaines, presque des stands, mais avec des spécialités (que peuvent contenir ces pochettes de « best sellers » sobres, sans photo…?)…

Somerset-disquaires-vinyles (10)

… et même à Glastonbury, qui est plutôt spécialisé dans les copies de l’épée Excalibur, les encens au patchouli, et les livres sur la symbolique du Graal, on trouve un « Tor Records »…

Somerset-disquaires-vinyles (7)

Vous avez compris, j’aime beaucoup ce côté un peu décalé, un peu vintage, et j’apprécie que nos voisins soient férus de ces vieilles galettes de vinyles gravées de musique…

Au fait, une petite question qu’un de mes camarades de 5e (j’avais 12 ans, hein, mais y a des trucs qui marquent) m’avait posée : combien y a-t-il de sillons dans un 33 tours ? J’avais séché (j’étais jeune !).

… un seul, bien sûr, sinon, le « diamant » (ou le saphir) n’avancerait pas…!

(photos de l’auteur)

La peau des arbres


18 Juin

En Angleterre, j’ai vu de beaux arbres, aussi. Faut dire, j’avais la chance d’y être avec des gens qui s’y connaissent largement plus que la moyenne, et qui savent distinguer un chêne d’un buisson ardent, ou un séquoia d’un phare breton posé sur la lande, par exemple. Et qui disposaient de tout un ensemble de moyens mnémotechniques pour me faire rentrer dans le crâne quelques basiques (« le charme d’à-dents, c’est d’hêtre à poils »… ce qui sous-entend -suivez-moi bien – que la feuille du charme a des dents, et celle du hêtre des petits poils, vous voyez le truc ?)

neelhe-somerset-arbres

Donc, de loin, avec frondaison, tronc puissant, et branches magnifiques…

neelhe-somerset-arbres (4)

… ou de plus près, pour détailler les écorces… celle du hêtre, justement, dont le tronc est dit « en pied d’éléphant », et là, limite, on dirait sa tête, à l’éléphant, avec son petit oeil (il manque la trompe, d’accord)…

neelhe-somerset-arbres (5)

… ou l’écorce d’un châtaignier (enfin je crois), avec ses plis, ses nouures, ses cicatrices et ses rides d’expression… Il a l’oeil plus allongé que l’éléphant, et le nez (de profil) un peu aplati (une rixe à la sortie d’un pub ?)…

neelhe-somerset-arbres (7)

… les racines et le bas du tronc d’un séquoia, de 37 mètres, dans le jardin de Killerton… encore loin des 85 mètres du plus grand arbre du monde, le général Sherman du Sequoia Park… mais imposant quand même ; et le dessin en cascade de ces racines, comme une main ouverte, géante…

neelhe-somerset-arbres (8)

Et enfin, cet « érable commun », vu du bas…

neelhe-somerset-arbres (3)

… et son « ventre », vu de près… un peu à vif, mais on voit bien les dessins de sa musculature et sa chair, sous l’écorce.

neelhe-somerset-arbres (2)

Les arbres sont comme nous. Ou nous sommes comme eux. Vivants, et la peau plus ou moins douce.

(photos de l’auteur)

Conseil de lecture, y compris pour moi : « Respirer l’ombre », dont on vient de me parler (merci, Annie !) du sculpteur Giuseppe Penone (qui expose en ce moment dans les jardins de Versailles), livre culte qui change le rapport aux arbres, paraît-il…

Adjectif/Objectif


14 Juin

… juste une idée, en forme de clin d’œil, pour ce week-end qui commence.

somerset-slow

Ralentissons. Tentons la slow attitude. La slow life.

Vous me direz ce que vous en avez pensé… (normalement, quand on ralentit, on a plus le temps de penser. A moins que ce soit le temps de vivre.)

PS. Semaine de lenteur, après La liberté de l’escargot.

(photo de l’auteur)

 

La liberté de l’escargot


11 Juin

Lors de mon dernier séjour à Paris début mai (période tendinite !), j’avais fait un saut (en boitillant) au musée de la Poste, pour voir une expo qui s’est révélée être beaucoup plus petite que ce à quoi je m’attendais, elle était installée dans la dernière salle des collections permanentes. Son nom ?

neelhe-stratégie de l'escargot (3)

« La logique de l’escargot »… je vous donne l’idée : l’artiste a écrit des lettres (et surtout en a reçues), pris des photos, enregistré des sons, dans chacun des 20 arrondissements de Paris  – qui est la ville où elle vit, puis elle a agrandi le cercle et a continué cette correspondance dans 20 villes européennes dans lesquelles elle est du coup passée…

neelhe-stratégie de l'escargot (2)

… en suivant cette stratégie de spirale…

neelhe-stratégie de l'escargot (7)

Une vitrine par arrondissement (ou presque) et une vitrine par ville traversée, présentant les lettres reçues et de certains objets trouvés sur place, caractéristiques de la ville en question… belle réalisation, dont on trouve une explication plus complète sur le site de l’artiste Anne Calas. Mais j’en reste à l’escargot et à sa stratégie…

neelhe-stratégie de l'escargot (4)

… développée par les correspondants de l’artiste…

neelhe-stratégie de l'escargot (5)

… de manière souvent pertinente…

neelhe-stratégie de l'escargot (6)

Oui, comment sortir de la logique de l’escargot ?

neelhe-stratégie de l'escargot (8)

Peut-être en ne cherchant pas à la comprendre, justement, et en la retrouvant partout, comme ici, dans le Somerset, plus précisément à Glastonbury (voir « Avalon »), dans le jardin du Chalice Well (du puits du calice… on est bien à l’endroit où certains situent l’emplacement où est caché le saint Graal)…

neelhe-stratégie de l'escargot

… ou en prêtant attention, quand on le croise  dans un jardin, sur la marche d’une terrasse, comme dimanche près de Tours (la photo est assez ratée, mais je ne vais pas vous coller la photo d’un escargot quelconque, on parle bien de celui-là), à ce petit gastéropode, dont j’aime de plus en plus la lenteur, les antennes, la coquille, tous ces symboles d’un voyageur qui n’a besoin de rien d’autre que de lui-même finalement… et donc, sa logique…

neelhe-stratégie de l'escargot (9)

… en spirale – (mais l’escargot, contrairement au dessin de sa coquille, va droit devant lui, non ? )

(photos de l’auteur)

All stars


07 Juin

Je ne sais plus dans quel ville du Somerset j’ai vu ce cinéma. Wellington, je crois. J’ai demandé à ce qu’on arrête la voiture pour pouvoir prendre ce vestige en photo. Plus que ce vestige, ce survivant.

neelhe-somerset-cinéma

Ca n’existe plus, des cinémas comme ça, en France, si ? Maintenant, c’est plutôt multiplexes et compagnie, affiches géantes, néons criards, lunettes 3D, achat de son ticket par i-phone et coca en vente libre à des prix prohibitifs. Tandis que là…

neelhe-somerset-cinéma (2)

Le film est récent, notez bien, sorti à Cannes il y a peu  (à moins qu’il ne s’agisse de la version de 1974 avec Robert Redford et Mia Farrow !). Là, pas une affiche, pas une photo, pas un nom d’acteur. Sobre. Anglais, quoi. Ils ont peut-être encore des vieux rouleaux de tickets, qu’on déchire à l’entrée de la salle. Les sièges sont sans doute en velours rouge et l’écran sur une scène, derrière de lourds rideaux qui s’ouvrent lentement dans un bruit de froissement. Vraiment pas sûre qu’il y ait un distributeur de pop-corn dans le hall. Mais vous prendrez bien un peu de brandy, en rentrant chez vous après la séance ?

(photos de l’auteur)

Campagne anglaise, le bonus


05 Juin

Je suis de retour sur mes terres de France, mais j’ai encore quelques instantanés anglais à partager. Parce que, comme vous l’avez compris, je suis tombée sous le charme de cette nature, entretenue avec amour et goût.

… parfois presque luxuriante…

neelhe-somerset-campagne (2)

… en fond de vallée, avec moutons dans les prés…

neelhe-somerset-campagne (3)

… ou sur le coteau, avec agneaux derrière des ajoncs…

neelhe-somerset-campagne (4)

… avec ciels orageux et menaçants, donnant une lumière surréelle…

neelhe-somerset-campagne (6)

… ou horizons dégagés, avec vue à l’infini sur le bocage…

neelhe-somerset-campagne (5)

… et ces panneaux sur des routes si étroites qu’on se demande non seulement comment les tracteurs peuvent tourner, mais plus simplement comment ils font pour passer et rouler…

neelhe-somerset-campagne (7)

… Comme dit Nat dans son commentaire sur « Avalon » : cinquante nuances de vert.

(photos de l’auteur)

Quiet Street


04 Juin

Samedi, à Bath, il y avait du monde. Beaucoup. Un peu trop pour moi qui déboulait (en train) de ma verte et calme campagne du Somerset. Alors, quand j’ai vu le nom de cette rue, je l’ai tout de suite aimé (le nom).

neelhe-somerset-bath (2)

… J’ai cherché dans la ville les endroits les plus « quiet », j’en ai trouvé quelques-uns… dans une forêt de cheminées derrière le Crescent…

neelhe-somerset-bath

… dans le parc so british, juste devant…

neelhe-somerset-bath (8)

… et surtout sur les bords de la rivière Avon, derrière la cathédrale…

neelhe-somerset-bath (4)

… avec vue sur le beau Pulteney Bridge…

neelhe-somerset-bath (6)

Le Somerset a servi à ça, aussi : se réinstaller dans une forme de tranquillité. (A maintenir au retour, le plus possible.)

(photos de l’auteur)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).