Archive for mars, 2014

« Au loin, les tours du Louvre… »


29 Mar

Un soir, à Paris, donc, vous sortez d’une expo aux arts déco (voir « Typorama »), vous avez un rendez-vous que vous êtres pressée d’honorer, vous marchez d’un pas décidé vers le métro « Palais-Royal » en longeant les bâtiments du Louvre, et vous vous arrêtez au feu rouge pour les piétons qui permet au flot de véhicules (beaucoup de scooters) de s’engouffrer dans le passage qui débouche, à votre droite, dans la grande cour du Louvre. Et là, vous vous dites : « ça fait longtemps que je ne l’ai pas vue la nuit, la cour, la pyramide, les façades, les lumières qui se reflètent dans les bassins. » Vous vous dites : « Je prends cinq minutes, j’y vais, ce serait dommage, je suis juste à côté. »

neelhe-paris-louvre (2)

Vous vous dites : « J’ai bien fait. » Puis : « Je vais avancer un peu. »

neelhe-paris-louvre (3)

Vous repartez, vous vous arrêtez, vous vous retournez, vous marchez d’un pas lent autour des lignes, des lumières, des symétries, au milieu des pierres, de l’eau, dans l’obscurité et le calme, le brouhaha lointain de la circulation et les voix des touristes étrangers et des marchands de tour Eiffel miniatures.

neelhe-paris-louvre (1)

Vous êtes emportée délicatement par la magie du lieu.

Finalement, vous êtes en retard à votre rendez-vous.

(photos de l’auteur)

Bande-son : Laurent Vouzy, « Le tableau », première chanson de son dernier bel album « Lys and love », médiéval, légendaire et amoureux. (Oui, je sais, c’est pas top branché, Laurent Voulzy. Tant pis. La chanson est réussie et le thème du passage d’un point du temps à un autre -le temps est-il linéaire ?- rarement traité en chansons).

Image de prévisualisation YouTube

« Mon air et mes mots subtils disent/que mon coeur en deux mille dix/voudrait tant, je le sens/partir en quatorze cents…

C’est un salon gothique/vaste et mélancolique/où comme une âme en peine/je traîne…
Là-haut parmi les ombres/un tableau très sombre/me retient toujours/comme un amour…
La nuit, souvent, j’emprunte/du temps le labyrinthe/pour m’allonger dans le tableau…

Près d’une épée sortie/vous, dans l’herbe endormie/
Devant un paysage/votre visage/qui la nuit vient vers moi/
Provoquant l’émoi que je chante aujourd’hui/comme un ennui…
Alors le vent se lève/je sens bouger vos lèvres/
Et là-bas/les soldats ne nous voient pas/
Votre pourpoint qui s’ouvre/au loin, les tours du Louvre
Le ciel est tourmenté par vos beautés…

Et mon air et mes mots subtils/disent
Que mon coeur en deux mille dix
voudrait tant, je le sens,
Partir en quatorze cents… »

Typorama


25 Mar

Si vous aimez les graphisme et la typo(-graphie), ne manquez pas l’expo sur le travail de Philippe Apeloig au musée des arts décoratifs, à Paris. Elle s’intitule « Typorama » (titre bien trouvé)… Philippe Apeloig travaille depuis trente ans au graphisme de nombreuses affiches ou logos, pour des organismes ou manifestations…

… littéraires…

neelhe-expo Typorama-philippe apeloig (2)

… urbanistiques…

neelhe-expo Typorama-philippe apeloig (4)

… picturales…

neelhe-expo Typorama-philippe apeloig (6)

… théâtrales et musicales (très fructueuse collaboration avec le théâtre du Châtelet)…

neelhe-expo Typorama-philippe apeloig (7)

… et culturelles, comme cette affiche d’une exposition de 1987, « Chicago, naissance d’une métropole » au musée d’Orsay, affiche qui ornait le mur de mon appartement dans ces années-là (j’ignorais bien sûr à l’époque le nom du graphiste)…

neelhe-expo Typorama-philippe apeloig (5)

… il faudrait tout détailler, la finesse du choix des typo, des photos, le travail de l’équilibre dans les compositions,  le jeu subtil des formes et des dégradés ou des contrastes de couleurs…

Philippe Apeloig a aussi créé des typos spécifiques, dont je vous livre quelques signes…

neelhe-expo Typorama-philippe apeloig (8)

… parce que j’aime leur présentation (signes blancs sur fond noir du couloir central de l’exposition)…

neelhe-expo Typorama-philippe apeloig (11)

le dynamisme  et/ou la rotondité de leurs formes…

neelhe-expo Typorama-philippe apeloig (9)

… et leur simplicité.

neelhe-expo Typorama-philippe apeloig (10)

Nous sommes entourés, parfois saturés, de signes graphiques de toutes sortes, délivrant des messages que nous recevons souvent contre notre gré. La plupart de ces signes sont assez laids, criards et agressifs, ou leurs messages inutiles, nocifs ou vains. Pour nous épargner, nous finissons par ne plus vraiment les regarder.

Le magnifique travail de Philippe Apeloig permet de rétablir l’équilibre, de poser son attention et de savourer beauté et équilibre dans des objets à visée essentiellement informative. Noblesse du graphisme. Art de la typo.

(photos de l’auteur à l’exposition « Typorama » au musée des arts décoratifs)

Petits pois


21 Mar

En fin de semaine, je serai au salon du livre de Paris… Alors, pour vous faire patienter, je vous fais partager ceci, qui est la couverture d’un livre pour enfants vu en vitrine de l’excellente librairie (pour enfants justement) Libr’Enfants à Tours :

neelhe-non

« Il faut savoir dire non ». Pourtant, les petits pois ne sont pas les éléments qui appellent le plus de résistance en ce moment. Mais bon, vous avez l’idée…

A faire : liste des choses auxquelles il convient (conviendrait ?) de dire non. Savoir pourquoi. Dire non. Non ?

(photo de l’auteur)

Scrapbook/3


18 Mar

Souvent…

neelhe-scrapbook 3 (3)

Dans ce cas, parfois, je me tourne silencieusement vers…

neelhe-scrapbook 3 (4)

… et on ne me voit plus pendant un temps. Je suis absorbée par…

neelhe-scrapbook 3 (6)

Et parfois, face au découragement qui menace, je me demande :

neelhe-scrapbook 3 (7)

Oui ?

neelhe-scrapbook 3 (8)

Et je finis par me rassurer, un peu :

neelhe-scrapbook 3

Bande- son : « Dream baby dream », chant de foi du dernier album de Bruce Springsteen, reprise du groupe Suicide. Entendu par moi pour la première fois lors du bouleversant concert de 2005 à Bercy, en final d’un concert acoustique époustouflant de Bruce en solo. Ici, la vidéo est un bel hommage à la ferveur qui règne lors de ses concerts. (Je le sais, j’y suis souvent.)

Image de prévisualisation YouTube

 

(photos de l’auteur)

Facettes


14 Mar

Il paraît que mon dernier post (voir « Coquilles ») était un rien déprimant… il n’était pourtant pas fait dans cet esprit : j’aime les coquillages, et rapprocher l’usure de leurs coquilles de celle de nos visages me paraissait plus émouvant que triste. Mais bon, c’est le lot des grands artistes, nous ne sommes pas toujours compris !

Alors, pour dynamiser ce blog soi-disant menacé par la tristitude et la dépressitude ambiantes, faisons tourner les boules à facettes !

neelhe-festival jardins Chaumont (5)

… Celles d’un des jardins du dernier festival des jardins du château de Chaumont-sur-Loire dont je vous ai déjà abondamment parlé.

neelhe-festival jardins Chaumont (2)

… Comme celle qui apparaît brusquement dans ce petit film d’animation, un des premiers que j’ai vus – il y a longtemps – sur Internet : regardez-le, c’est très court (une minute) et très drôle, et puis,  un alien sympa chantant Gloria Gaynor, ça ne se refuse pas…

Image de prévisualisation YouTube

Donc, les boules à facettes de ce jardin de Chaumont, loin de leur dancefloor d’origine, se prélassent à la surface de l’eau qui renvoie leurs reflets multipliés…

neelhe-festival jardins Chaumont (3)

Et elles se lient avec les brins de plantes qui les côtoient et les enserrent, créant un mariage inédit et réussi…

neelhe-festival jardins Chaumont (4)

Au-dessus, le soleil brille, comme aujourd’hui…

neelhe-festival jardins Chaumont (1)

Vous savez quoi ? Pas besoin d’en rajouter, parfois. Tout ça rend heureux, happy, quoi, et pour nous mettre définitivement à l’abri de la morosité, je vous offre cette chanson et ce clip irrésistibles de Pharrel Williams, que vous avez tous déjà entendu cinquante fois, mais quand on aime…

Image de prévisualisation YouTube

Clap along if you feel that happiness is the truth !

« Tape dans tes mains si tu sens que le bonheur est la vérité ! »… Irrésistible, je vous dis. Be happy !

(photos de l’auteur)

 

Coquilles


09 Mar

Sur la grève du Nord, à Granville, tout est question d’échelle. On peut en rester à l’immensité du ciel, qu’il soit uniformémént et presqu’aveuglément bleu (voir « Tant d’espace(s) » et « La baie ») ou qu’il contienne toutes les nuances possibles de lumières et de couleurs…

On peut aussi passer plusieurs heures à arpenter la grève à marée basse, et découvrir un monde fantastique parfois minuscule et inattendu (voir « Rivages I » et « Rivages II ») dans cette vision du tout-proche auquel on ne prête généralement guère d’attention…

En me baladant, je me suis rendu compte que les coquillages sont comme nous : ils se fripent, ils se rident, ils vieillissent, ils cumulent usure, rides et cicatrices… Leur peau devient plus fine…

neelhe-granville-coquillages (4)

… quelques minuscules trous apparaissent…

neelhe-granville-coquillages (12)

… les stries s’adoucissent…

neelhe-granville-coquillages (9)

… puis les rides deviennent plus profondes…

neelhe-granville-coquillages (2)

… en arrivent à rendre la coque trop fragile…

neelhe-granville-coquillages (5)

Chaque coquillage devient comme un visage buriné, tavelé, unique…

neelhe-granville-coquillages (10)

… et émouvant, comme le sont les visages des gens qui portent les traces du temps avec une certaine fierté…
neelhe-granville-coquillages (6)

… et fragile, comme nous le sommes tous.

(Photos de l’auteur)

Marée d’équinoxe


04 Mar

Comme le dit justement l’affiche de cette expo de Michel Molins à la galerie de l’Os à Granville…

neelhe-granville-ciels

… et les jours de grande marée, sur la grève du Nord, point de fuite face à l’immensité des ciels et à leur variation…

neelhe-granville-ciels (2)

… au jeu de cache-cache incessant entre soleil et nuages, aux trombes d’eau qu’on devine tombant au large sur les îles Chausey…

neelhe-granville-ciels (4)

… aux reflets du ciel sur le sable de l’immense grève découverte…

neelhe-granville-ciels (3)

… ni face à l’émerveillement soudain de l’apparition magique d’un arc-en-ciel sur la mer…

neelhe-granville-ciels (7)

Face à l’horizon, point de fuite, non. Ou beaucoup trop de points de fuite…

(photos de l’auteur)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).