Iris irisé

14 Mai

Vous connaissez le scénario, je vous en ai déjà raconté une version (voir « Ouvrir l’oeil » et ses graines de clématites, de mars dernier) mais ses variations sont inépuisables : vous vous baladez sur les bords de Loire, sur le chemin qui longe le fleuve, vous n’avez même pas encore quitté véritablement la ville, vous admirez les grappes de glycines, bleues ou jaunes, qui dégoulinent le long des murs, les bosquets de lilas qui explosent de couleurs, le bleu vif des myosotis qui serpentent au niveau du sol ; le vert tendre des jeunes pousses fait oublier la grisaille du ciel, ça sent le printemps, on entend le cri des martinets, le courant de la Loire est encore puissant. Vous repérez un iris, parmi d’autres…

neelhe-bords de loire-iris (4)

… et sans raison particulière, vous décidez de vous approcher.

neelhe-bords de loire-iris

Et vous changez d’échelle, vous entrez dans un autre monde…

neelhe-bords de loire-iris (2)

… de plus en plus près…

neelhe-bords de loire-iris (3)

… et de plus en plus loin…

neelhe-bords de loire-iris (5)

… dans l’étrangeté et la délicatesse de la nature…

neelhe-bords de loire-iris (6)

… dans sa beauté mystérieuse, inventive et palpitante.
neelhe-bords de loire-iris (8)

Ailleurs, définitivement…

neelhe-bords de loire-iris1 (2)

… dans un univers chatoyant et doux, insoupçonné.

neelhe-bords de loire-iris1

Vous auriez pu passer à côté de cette splendeur. Vous pensez d’ailleurs que beaucoup d’autres vous échappent… vous vous promettez d’être encore plus attentive, sur les bords de Loire ou ailleurs…

(photos -sans aucune retouche- de l’auteur)

Tags: , , ,

One Response

Leave a Reply

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).