Posts Tagged ‘bleu’

Lever la tête


29 Oct

Il y a quelques semaines, j’attendais depuis un moment le bus parisien n° 96, à l’arrêt Saint-Paul… comment dire ? c’est un endroit passant, un des grands axes est-ouest du centre de la capitale. Voitures, taxis, camionnettes, motos, mobylettes, scooters, vélos et derrière l’arrêt, sur le trottoir, passants pressés parlant fort dans leur iphone pour couvrir le brouhaha, groupes de touristes perdus discutant de leur géolocalisation, lycéens en grappes, sortie de classe, forcément bruyants. Agitation et vacarme. La vie, quoi (parisienne).  Je ne suis pas toujours très forte pour me sentir bien dans ce genre de circonstances. Heureusement, il faisait beau (et chaud, comme j’allais vite le comprendre en montant quelques minutes après dans le bus enfin arrivé, surchargé, et surchauffé)… Alors, j’ai levé la tête.

neelhe-paris-ciel

Un bout de la façade et du dôme de l’église Saint-Paul. La cheminée d’un immeuble parisien masquant le soleil. La trace graphique d’un avion dans le bleu du ciel.

Parfois, penser à lever la tête, et le regard, changer de perspective.

(photo de l’auteur)

Tant d’espace(s)


12 Juil

Je parlais d’espace… en plan très large, sentiment d’immensité, noyé dans la lumière, magnifié par l’entrelacs des nuances infinies du bleu et du sable du rivage, à marée basse…

neelhe-granville-juillet13 (2)

… ou vers le soleil, où l’eau et le ciel se confondent dans un même éblouissement…

neelhe-granville-juillet13 (3)

… et, changement d’échelle, en très gros plan, ce petit coquillage dépassant d’une mare d’eau de mer aux reflets doux sur la grève, et les grains de sable qui l’entourent…

neelhe-granville-juillet13

La beauté immense constituée, comme un kaléidoscope, de milliards de minuscules fragments d’infinitésimale beauté, presque invisible à l’oeil nu…

(photos de l’auteur)

Bande-son : Etienne Daho – non, pas « Bleu comme toi » (trop facile) et justement déjà cité dans « Bleu » – mais le langoureux et presque dangereux « Caribbean Sea » (« Caribbean, caribbean Blue, Blue Nights, on islands ») du même album « Pour nos vies martiennes » de 1988.

Exmoor


26 Mai

Parc national d’Exmoor, sur la côte près de la petite ville de Lynton, où on a mangé nos fish and chips avec bonne humeur avant de partir en balade.

P1100039

Je n’insiste pas, mais comme vous le voyez, en Angleterre, aujourd’hui, il a fait un temps radieux. Oh, bien sûr, le vent est frais, hein, il y a parfois un nuage qui cache le soleil quelques instants et fait baisser la température, mais on ne va pas chicaner, on était en pull et on a mis de la crème solaire !

Quant au paysage… je n’insiste pas non plus… so beautiful. Les ajoncs, la falaise, les rochers, la mer, ses vagues et ses reflets, les cris des oiseaux,la beauté de la lumière. Enjoy.

(photo de l’auteur)

 

Bleu


13 Avr

Bertrand m’a fait une blague dans la vitrine de « Madison »  cette semaine.

neelhe-bleu

Une pochette bleue, sans nom, ni titre. Une pochette aquatique, ou pluvieuse. Il m’a mise au défi de trouver quel est le groupe qui a sorti ce disque mystérieux. J’ai cherché, et je n’ai pas trouvé. Ce n’est pas grave (il me le dira, et je vous transmettrai !), parce que je la trouve belle, cette pochette, et que je rebondis sur un sujet lui aussi d’actualité pour moi : les couleurs. Puisque je suis en train de lire le passionnant petit bouquin de M. Pastoureau et D. Simonnet, « Le petit livre des couleurs » (121 pages, en poche !). Le premier chapitre est justement consacré au bleu.

Aujourd’hui couleur préférée des Européens, et donc des Français, il était pourtant dans l’Antiquité et le haut Moyen Age une couleur discrète, presque méprisée, en tout cas dédaignée, à peine considérée comme une couleur en soi, contrairement au blanc, au rouge et au noir.

On a du mal à l’envisager, tant le bleu nous est une couleur familière.

Le bleu de Loire, été…

neelhe-bleu (3)

… hiver…

neelhe-bleu (8)

… le bleu des villes…

neelhe-bleu

… le bleu des mers…

neelhe-bleu (5)

… le bleu du ciel japonais (leur couleur préférée, à eux, est le noir)…

neelhe-bleu (6)

… le bleu du ciel français…

neelhe-bleu (2)

C’est au XIIe et XIIIe siècles que le bleu prend sa place et ses titres de noblesse. Pour des raisons religieuses (je ne peux pas résumer ici les subtilités de toute l’évolution de notre rapport au bleu, ni aux autres couleurs… vraiment, lisez ce petit livre si le sujet vous intéresse, il est court, facile d’accès et très enrichissant). Le Dieu des chrétiens devient un dieu de lumière. Et la lumière devient… bleue !

neelhe-bleu (10)

Extrait, qui concerne notre douce  région : « Vers 1130, quand l’abbé Suger fait reconstruire l’église abbatiale de Saint-Denis, il veut mettre partout des couleurs pour dissiper les ténèbres, et notamment du bleu. On utilisera pour les vitraux un produit fort cher, le cafre (que l’on appellera plus tard le bleu de cobalt). De Saint-Denis, ce bleu va se diffuser au Mans, puis à Vendôme et à Chartres, où il deviendra le célèbre bleu de Chartres… »

… Je sais, c’est bien beau tout ça, mais ce que vous voulez, c’est du bleu dans le ciel (et dans votre moral) MAINTENANT. Y a des trucs que je peux pas faire, sorry. Mais je peux vous remettre en tête quelques ritournelles, avec « bleu » dedans ; certaines vous aideront peut-être à passer une meilleure journée…

Daho, bien sûr, « Bleu comme toi »

Image de prévisualisation YouTube

Christophe, « Les mots bleus »

Image de prévisualisation YouTube

Chris Isaak, « Blue Hotel »

Image de prévisualisation YouTube

Joni Mitchell, sublime, « Blue »

Image de prévisualisation YouTube

Y en a d’autres : « La Java bleue », le « Blue suede shoes »  d’Elvis et son refrain éternel (traduit, c’est moins flamboyant, forcément : « tu peux faire ce que tu veux, mais ne marche pas sur mes chaussures en daim bleu »), je vous laisse compléter la liste… et attendre le bleu, avec patience, comme nous y enjoint cette couleur paisible…

 

(Photos de l’auteur : 1 et 2, bords de Loire, Tours ; 3, Paris (tours de Saint-Sulpice et clocher de Saint-Germain-des-Près assez reconnaissables) vu du dernier étage du Centre Pompidou ; 4 Ile principale de Chausey ; 5 temple Senso-ji, Tokyo, Japon ; 6 bords de Loire, Tours ; 7 vitrail de la cathédrale Saint-Gatien, Tours)

Le bleu du ciel


18 Fév

Dans cette ville à laquelle même les transformateurs sur les trottoirs font des déclarations d’amour…

neelhe-granville-février13 (6)

… dans la même rue que le lézard, non, la salamandre rayée (voir les commentaires sur « Fragments de (gran)ville » : merci, Catherine, pour ton œil infaillible), il y a aussi une… sauterelle ?

neelhe-granville-février13 (9)

… un grillon ?

neelhe-granville-février13 (11)non, c’est…

neelhe-granville-février13 (12)

… et elle a un adjectif, parce qu’il ne suffit pas qu’il y ait une cigale en Normandie, sur les côtes de la Manche, il faut aussi qu’elle soit…

neelhe-granville-février13 (10)

Un peu plus loin, on trouve…

neelhe-granville-février13 (13)

« Du vent dans les algues », et le symbole est beau…

neelhe-granville-février13 (14)

Et de l’autre côté, au n° 93, restaurant-café « La Bidouille »…

neelhe-granville-février13 (7)

… dont l’enseigne est, allez savoir pourquoi, …

neelhe-granville-février13 (8)

… un vieux landau, suspendu dans les airs…

… Sans doute pour qu’on ait, dès le plus jeune âge, le nez en l’air, qu’on apprenne à profiter du bleu pur du ciel, au-dessus des toits des maisons…

neelhe-granville-février13 (5)

C’était vendredi, à Granville, et je suis sûre qu’il y fait le même ciel aujourd’hui lundi, rassérénant et heureux. Même si le week-end a été difficile pour des gens que j’aime. Et qui aiment Granville aussi. (Se dire ça, aussi, parfois : le ciel redeviendra bleu.)

(Photos de l’auteur)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).