Posts Tagged ‘château’

Ruines


14 Juin

 

neelhe-lavardin-ruines chateau

Les ruines d’un château dominant la plaine depuis un pic en pays cathare ?

neelhe-lavardin-ruines chateau (2)

La voûte de la grande salle du château de Peyrpertuse ? La cheminée de celui de Quéribus ?

neelhe-lavardin-ruines chateau (3)

Non. Ce sont les ruines du château qui dominait le beau village de Lavardin, dans le Loir-et-Cher. Wikipédia, notre ami, nous donne les éléments suivants : « Construit à partir du début du XIe siècle par les premiers seigneurs de Lavardin, le château devint la principale forteresse du comte de Vendôme à partir de la fin du XIIe siècle. Complètement remanié aux XIIe et XVe siècles, il fut enlevé aux Ligueurs en 1589, puis démantelé l’année suivante sur ordre d’Henri IV, duc de Vendôme et roi de France. »

neelhe-lavardin-ruines chateau (5)

Quand elles ne sont évidemment pas chargées de trop de souffrances et de violences, j’aime les ruines, leur poésie et ce qu’elles génèrent de rêverie et d’imaginaire. Comme les rides sur les visages ou les trous dans les coquillages (voir « Coquilles »), elles sont une trace du temps. Il suffit parfois de s’arrêter, de vagabonder entre les éboulis de pierres, pour percevoir son souffle…

 

neelhe-lavardin-ruines chateau (1)

… et sa beauté. Et se réconcilier (même brièvement. Mais le temps est-il important pour le temps ?) avec lui.

(photos de l’auteur)

Pigeon-vole


05 Juin

A Poncé-sur-le-Loir, à la frontière entre Sarthe et Loir-et-Cher, le domaine du château Renaissance abrite, outre le château lui-même, un « jardin remarquable » (labyrinthe de charmilles –  le nom seul fait rêver), une terrasse « caroline » (décor de briques et pierres dans le goût néogothique des années 1830, qui habille la falaise de tuffeau) et… un pigeonnier.

neelhe-poncé-sur-loir-pigeonnier (1)

Un pigeonnier ? Bof, pensez-vous. Erreur. Car ce pigeonnier qui date du XVIIe ou XVIIIe siècle est dans un état de conservation remarquable. Extérieur et surtout intérieur.

neelhe-poncé-sur-loir-pigeonnier (7)

Il pouvait abriter plus de 1800 pigeons et a conservé ses échelles tournantes qui permettait l’accès aux différents niveaux de boulins pour leur nettoyage, la préhension des pigeonneaux ou des pigeons.

neelhe-poncé-sur-loir-pigeonnier (2)

La charpente est magnifique, avec ses lucarnes d’envol…
neelhe-poncé-sur-loir-pigeonnier (4)

… et les 1800 boulins qui surplombent et encerclent le visiteur lui donne l’impression d’être au coeur d’une ruche silencieuse…

neelhe-poncé-sur-loir-pigeonnier (5)

… parce qu’abandonnée…

neelhe-poncé-sur-loir-pigeonnier (3)

Évidemment, puisqu’on est (encore) en val de Loir(e), les murs sont en tuffeau, cette pierre si tendre qu’on peut l’abîmer avec l’ongle… et y laisser éventuellement trace de son passage (ce que n’ont pas fait les milliers de pigeons, plus discrets, passés par ici)…

neelhe-poncé-sur-loir-pigeonnier (6)

… Vous savez à quoi j’ai pensé (en dehors de la ruche, bien sûr) ? Aux capsules hôtels japonais, ces alvéoles dans lesquels les travailleurs japonais passent parfois une (ou plusieurs) nuit(s). Le lieu est (infiniment) moins beau et la proportion taille de l’habitant/espace n’est pas à l’avantage des humains, me semble-t-il.

neelhe-ponce sur loir-pigeonnier

Des pîgeons ?

Pigeons volent, donc.

 

(Photos de l’auteur sauf photo capsule hôtel)

Contrastes et équilibre


01 Mai

Depuis quelques jours, je repensais à cette image…

neelhe-festival des jardins 2011-chamont sur loire

… prise lors du festival des jardins à Chaumont-sur-Loire en 2011.

Je ne sais pas pourquoi. Les contrastes ?

Rondeur des boules/pointu des toits du château…

Multiplicité et légèreté des tiges/unicité et massivité du château…

Bois et métal/tuffeau et ardoises…

Modernité/classicisme…

Et si, plutôt que les contrastes, j’essayais de voir l’équilibre…

Est-ce le ciel plein de nuances de bleu et de gris qui fait le pendant avec le dégradé de verts du rideau d’arbres ?

Et les formes forcément ébouriffées des branches qui apportent une pointe de fantaisie là où sans elles, la symétrie serait trop parfaite ?

Est-ce l’alliance du petit côté décorations de Noël (en moins multicolore) et conte de fées qui ravit l’œil de l’enfant qu’on reste tous ?

Tout cet élan vertical finalement adouci par la rotondité des boules et les courbes de la végétation…

… Mais dans son immédiateté, l’image garde son charme, et son mystère. (Tant mieux.)

(photo de l’auteur)

Appartenir ?


13 Déc

Angers, balade. Loin, très loin du Japon. (Et pourtant.)

Cathédrale Saint-Maurice. Retour en grâce ? (« Merci, la lumière ». Trop mignon. Et, étonnamment, trop vrai.)

neelhe-angers-retour (2)

Dans les rues. Retour en arrière ?

neelhe-angers-retour (9)

Sortie de bar(r)age (où est la porte ?)… Retour de manivelle ?

neelhe-angers-retour

La cour du château, au-dessus de la vallée de la Maine et de la ville. Le jardin d’hiver, à la française, dénudé (bien loin des jardins japonais, des flamboyances des érables et des ginkgos biloba, du jeu de la nature et d’une architecture fine). Retour aux sources ?

neelhe-angers-retour (6)

Les remparts et la tour du château. Retour en force ?

neelhe-angers-retour (8)

Porte de la chapelle du château. Douceur du tuffeau, du bois, des formes sculptées sur la porte ou les colonnettes, des couleurs passées.

neelhe-angers-retour (7)

L’éternel retour ?

(Photos de l’auteur)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).