Posts Tagged ‘Contact’

Contact


21 Mai

Cette semaine, attention les yeux : la vitrine de Bertrand, notre-disquaire-de-Madison-le-magasin-de-vinyles-(mais-pas-seulement)-de-Tours, recèle, parmi d’autres, mais on est bien obligé de choisir, une pépite : une pochette – comment la décrire ?- à tout le moins… érotico-décalée. Je vous laisse savourer :

neelhe-pochettes surprises-magasin madison

« Secrets d’alcôve n°4, Contact… racontés par André Daick à Chantal… interdit aux mineurs ». Ouh là là. Le  seul élément figurant en plus sur la pochette, c’est que ça passe en mono-stéréo, ce qui est plutôt rassurant (ah bon ?). Pour le reste, peu d’indices et donc beaucoup de possibilités… Bertrand m’a confié ne pas avoir écouté le contenu… et je le comprends : parfois, mieux vaut en rester à l’image… cette poitrine apparemment plutôt juvénile, ce sein qui semble à la fois ferme et pointant,  et cet index s’apprêtant à appuyer dessus comme si c’était le bouton de la valise nucléaire… cette main, justement, baguée d’une espèce de chevalière fine (un dandy ? et plutôt riche, on voit une sorte de pièce de monnaie sur le doigt… tout est suggéré, il faut être attentif aux détails !) et surtout, les éclairs verts et roses sur fond orange censés symboliser l’électricité passant entre le mamelon et l’index… Euh.

J’ai fait une recherche rapide sur le net, et j’ai trouvé le verso (si dans ce contexte, je peux m’exprimer ainsi sans ambiguïté) d’un autre disque du même auteur, une autre série, pas « Secrets d’alcôve » comme sur notre pochette, mais « Indiscrétions »…

114999172-2

Je ne sais pas pour vous, mais moi, en lisant la présentation et en voyant les photos d’André Daick, je me dis que d’accord, je vais en rester à la pochette sans trop de regrets… qu’ils restent secrets, ces « secrets d’alcôve n°4 » !

Et puisqu’on est dans le décalage, j’ai retrouvé cette vidéo d’une chanson interprétée par Brigitte Bardot en 1968, sur un texte de Gainsbourg. Bardot m’a toujours un peu agacée, mais là, le kitsch est tellement absolu, la musique pseudo psychédélique, et les paroles de science-fiction (au sens strict : « il me faut une transfusion de mercure/j’en ai tant perdu par cette blessure »), que ça vaut le coup d’œil… et justement, ça s’appelle « Contact » ! (tout se tient)

Image de prévisualisation YouTube

(photo 1 de l’auteur ; photo 2)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).