Posts Tagged ‘festival des jardins’

French fougères


05 Août

Vous souvenez-vous de mes english fougères du printemps 2013 (voir « English fougères ») ?

Au festival des jardins de Chaumont-sur-Loire, édition 2014, cette année quoi (pour les des années précédentes, voir la rubrique « festival des jardins » et notamment « Facettes », « La jetée » et « Noeuds »), le thème est : « Jardins des péchés capitaux »… et j’avoue, j’ai péché, et je suis retombée amoureuse de fougères, françaises cette fois-ci…

neelhe-festival jardins chaumont 2014 (7)

… délicieusement dissimulées dans le jardin n° 19 bis (déjà, c’est bien parti pour me plaire…), lui-même intitulé « Résurrection, éloge de la défaillance » (beau titre). Il est l’oeuvre d’Ana Morales, artiste paysagiste française.

Bien sûr, derrière son travail, il y a toute une réflexion sur les péchés capitaux, sources de forces vitales et d’énergies capables de briser le béton, et tout ça. Mais vous voulez que je vous dise : ses fougères sont fantastiques.

neelhe-festival jardins chaumont 2014 (8)

… d’ailleurs, les fougères sont fantastiques, dans leurs couleurs, leurs formes, la façon dont elles s’entortillent, se disputent, se séparent, se retrouvent et forment un tout harmonieux et délicat, dans leurs différences de texture et d’élan…

neelhe-festival jardins chaumont 2014 (5)

Qui a dit que je projetais ?

neelhe-festival jardins chaumont 2014 (2)

Faut dire : avec un thème comme les péchés capitaux, il peut y avoir quelques excès.

(Photos de l’auteur, festival des jardins de Chaumont-sur-Loire)

 

Eolienne


11 Avr

Photo d’une éolienne (en est-ce une ?) qui, d’année en année, surplombe tous les jardins du festival (des jardins, justement) de Chaumont-sur-Loire.

neelhe-éole

Silhouette gracile se découpant dans le ciel, parfois à contre-jour, parfois en plein soleil.

… Et très beau clip, tonique, plein d’énergie et de grâce, pour ceux qui aiment la danse, d’une très belle chanson de Gaétan Roussel. Dieu seul sait qu’il m’énervait quand il braillait avec Louise Attaque « Je t’emmène au vent », mais là, force est de constater qu’il a tapé dans le mille, après « Help Myself (nous ne faisons que passer) » en 2010 (« Time to get away/got to help myself, soon/sans prendre le temps de s’arrêter/ dernier cri, premier arrivé/aurons-nous de l’eau cet été ?/tout le monde cherche à s’échapper…), petit rappel en vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

qui déjà mettait la barre haut (« Nous ne faisons que passer/dans l’ombre et la lumière/nous ne faisons que traverser/des océans, des déserts »), avec « Eolienne », sorti l’année dernière.

« Laissons les bises, alizées aux voiliers/
Aux petits drapeaux de plage/colorés/
Mistral chasseur de nuages laissons-les/
Souffler dans le ciel bleuté/De l’été/
Laissons les brises caresser les mollets/
De peur que les jolies gambettes /De fer forgée/
Des filles ou des girouettes/Haut perchés/
Laissons les courants d’air frais/
Circuler/

Laissons tout le vent enfermé/
Au fond de nos postes de télé/
S’évader…
Toute l’énergie éolienne/
Que nos existences contiennent/
S’envoler… »

Beau programme.

(photo de l’auteur)

Facettes


14 Mar

Il paraît que mon dernier post (voir « Coquilles ») était un rien déprimant… il n’était pourtant pas fait dans cet esprit : j’aime les coquillages, et rapprocher l’usure de leurs coquilles de celle de nos visages me paraissait plus émouvant que triste. Mais bon, c’est le lot des grands artistes, nous ne sommes pas toujours compris !

Alors, pour dynamiser ce blog soi-disant menacé par la tristitude et la dépressitude ambiantes, faisons tourner les boules à facettes !

neelhe-festival jardins Chaumont (5)

… Celles d’un des jardins du dernier festival des jardins du château de Chaumont-sur-Loire dont je vous ai déjà abondamment parlé.

neelhe-festival jardins Chaumont (2)

… Comme celle qui apparaît brusquement dans ce petit film d’animation, un des premiers que j’ai vus – il y a longtemps – sur Internet : regardez-le, c’est très court (une minute) et très drôle, et puis,  un alien sympa chantant Gloria Gaynor, ça ne se refuse pas…

Image de prévisualisation YouTube

Donc, les boules à facettes de ce jardin de Chaumont, loin de leur dancefloor d’origine, se prélassent à la surface de l’eau qui renvoie leurs reflets multipliés…

neelhe-festival jardins Chaumont (3)

Et elles se lient avec les brins de plantes qui les côtoient et les enserrent, créant un mariage inédit et réussi…

neelhe-festival jardins Chaumont (4)

Au-dessus, le soleil brille, comme aujourd’hui…

neelhe-festival jardins Chaumont (1)

Vous savez quoi ? Pas besoin d’en rajouter, parfois. Tout ça rend heureux, happy, quoi, et pour nous mettre définitivement à l’abri de la morosité, je vous offre cette chanson et ce clip irrésistibles de Pharrel Williams, que vous avez tous déjà entendu cinquante fois, mais quand on aime…

Image de prévisualisation YouTube

Clap along if you feel that happiness is the truth !

« Tape dans tes mains si tu sens que le bonheur est la vérité ! »… Irrésistible, je vous dis. Be happy !

(photos de l’auteur)

 

La jetée


23 Oct

Au festival des jardins de Chaumont-sur-Loire, cette année, il y en avait un qui s’appelait « La jetée »…

neelhe-la jetée (2)Une avancée de traverses de bois dans un jardin ayant la forme ovale des fonds de stades, menant à un garde-corps permettant de contempler un champ bien régulier de petits miroirs ronds mêlés à des fleurs et tiges sauvages…

neelhe-la jetée (4)

… les miroirs reflétant le ciel, ou le vide, ou le visiteur, et les tiges s’entremêlant avec grâce et liberté…

neelhe-la jetée (5)

… vision enchanteresse et titre magique : « La jetée », c’est aussi un film de Chris Marker, qui date de 1962 (et que j’ai vu bien après, je vous rassure), qui dure 28 minutes, en noir et blanc, d’une puissance poétique très marquante et dont le sujet principal, traité à travers une histoire bouleversante, est la mémoire.

Et « La jetée », c’est aussi le nom d’un minuscule et adorable bar à Tokyo, où je suis allée l’année dernière, dans le quartier du Golden Gay à Shinjuku. En voici la porte, qui ouvre sur un escalier très raide, menant lui-même à une salle vraiment très petite… Autant vous dire que retrouver une écriture en lettres latines et la bonne tête de M. Chat sur la porte (oui, Chris Marker a aussi fait un film avec M. Chat , la création féline de Thoma Vuille, « Chats perchés ») dans ce petit quartier de l’immense Tokyo était déjà assez merveilleux…

neelhe-la jetée (6)

Le bar tient son nom du film de Chris Marker, et si vous y allez, vous discuterez cinéma avec la délicieuse, très francophile et très cinéphile Tomoyo, la patronne des lieux : pour un compte rendu complet de cette soirée, voir le post de Catherine sur son blog.

Je vous livre juste une photo floue, prise dans le bar, de la reproduction d’une image célèbre du film sur laquelle on voit en arrière-plan les pistes de l’aéroport d’Orly… au-dessus d’une étagère de cassettes – oui, de K7, comme on disait – et de maneki-neko, ces petites statuettes de chat porte-bonheur… (sur l’amour que les Japonais portent à leurs animaux, voir « Des animaux (de compagnie) »).

neelhe-la jetée (7)

Autant vous dire que « La jetée » ouvre toutes sortes de tiroirs dans ma propre mémoire… jardin, cinéma, Japon…

neelhe-la jetée (8)

(photos de l’auteur)

Over the Loire


08 Oct

Un vendredi radieux de fin septembre, j’étais au domaine de Chaumont (oui, -sur-Loire) ; j’ai déjà parlé du « festival des jardins » qui se tient chaque année dans le parc du château (voir « Contrastes et équilibre », « Noeuds » et « Questions (vrac) »), et j’en reparlerai, l’édition de 2013, dont le thème était « jardins des sensations » ayant été encore une fois une vraie réussite, inspirante, y compris pour les blogueuses…

Mais là, je veux simplement vous faire partager… ça :

neelhe-chaumont-parc-sculpture (5)

Fin d’après-midi, après la visite des jardins, balade dans le parc, des œuvres d’art contemporain sont disséminés sur les pelouses, dans les bosquets, dans les hautes branches des arbres, même…  sur le haut du coteau qui surplombe la vallée et  la Loire, alors que le soleil descend doucement vers l’ouest et  que la lumière douce et un peu vaporeuse donne aux couleurs et aux formes un éclat à la fois mat et réflechissant…

neelhe-chaumont-parc-sculpture (8)

… posée sous un grand pin, une sculpture  de Rainer Gross, en lanières de bois…

neelhe-chaumont-parc-sculpture (2)

… la vue est somptueuse et l’oeuvre la magnifie encore plus…

neelhe-chaumont-parc-sculpture (6)… en donnant à l’ensemble un petit côté ludique (on a envie de rentrer dedans et de s’y cacher), sans doute à cause du matériau utilisé et de la forme, mi-ruche, mi-nasse en osier (pour attraper les gros poissons de la Loire ?)… Vu de côté, la structure paraît blottie sous l’arbre qui la protège…

neelhe-chaumont-parc-sculpture (3)

En prenant un peu de recul, on voit le village en contrebas et la vallée vers l’est…

neelhe-chaumont-parc-sculpture (4)Paisible, lumineux, ouvert. Magique. La Loire et ses splendeurs.

(photos 3, 5 et 6 : Annie Chazal ; photos 1,2,4 de l’auteur)

Questions (vrac)


20 Août

Des fleurs en tissu sous un dôme dans un jardin… un miroir qui reflète dôme et fleurs, ciel et végétation autour…

neelhe-festival jardins Chaumont

Derrière son évidente beauté, à quoi peut servir cette bulle ?

neelhe-festival jardins Chaumont (3)

A quoi pensait le créateur ?

neelhe-festival jardins Chaumont (2)

Sommes-nous ces fleurs ? Faudra-t-il nous mettre sous serre ?

(photos de l’auteur, festival des jardins de Chaumont-sur-Loire 2011)

Contrastes et équilibre


01 Mai

Depuis quelques jours, je repensais à cette image…

neelhe-festival des jardins 2011-chamont sur loire

… prise lors du festival des jardins à Chaumont-sur-Loire en 2011.

Je ne sais pas pourquoi. Les contrastes ?

Rondeur des boules/pointu des toits du château…

Multiplicité et légèreté des tiges/unicité et massivité du château…

Bois et métal/tuffeau et ardoises…

Modernité/classicisme…

Et si, plutôt que les contrastes, j’essayais de voir l’équilibre…

Est-ce le ciel plein de nuances de bleu et de gris qui fait le pendant avec le dégradé de verts du rideau d’arbres ?

Et les formes forcément ébouriffées des branches qui apportent une pointe de fantaisie là où sans elles, la symétrie serait trop parfaite ?

Est-ce l’alliance du petit côté décorations de Noël (en moins multicolore) et conte de fées qui ravit l’œil de l’enfant qu’on reste tous ?

Tout cet élan vertical finalement adouci par la rotondité des boules et les courbes de la végétation…

… Mais dans son immédiateté, l’image garde son charme, et son mystère. (Tant mieux.)

(photo de l’auteur)

Noeuds


08 Jan

Parfois, les fils de la vie s’emmêlent…

neelhe-festivaljardins-chaumont2011 (22)

Ça fait des nœuds…

neelhe-festivaljardins-chaumont2011 (26)

Il faut du temps pour s’habituer, et recommencer à voir le soleil, qui se reflète dans l’eau, vers le bas.

neelhe-festivaljardins-chaumont2011 (32)

Et puis, on s’aperçoit que plus haut, les choses s’ordonnent mieux, que les arbres existent…

neelhe-festivaljardins-chaumont2011 (21)

Et le ciel…

neelhe-festivaljardins-chaumont2011 (30)

Et que même avec les nœuds, on peut voir des belles choses, des harmonies par transparence, et des correspondances mystérieuses…

neelhe-festivaljardins-chaumont2011 (28)

(Photos de l’auteur : festival des jardins de Chaumont, 2011)

Féroce, parfois


03 Jan

Pour l(es) amie(s) dans la peine, début d’année pas tendre. Même si la vie semble parfois n’être que ça :

neelhe-chaumont2011 (3)

Se dire, si on peut : le ciel est toujours au-dessus…

neelhe-chaumont2011

… et  l’échappée belle toujours possible.

neelhe-chaumont2011 (2)

Heureusement.

(Photos de l’auteur, festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire 2011 et parc du château)

 

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).