Posts Tagged ‘gargouilles impudiques’

Même rive, côté ouest


17 Avr

Dans une petite rue du « Vieux Tours », quartier historique, médiéval, autour de la place Plumereau bien connue des étudiants pour ses terrasses de café, à l’ouest par rapport au quartier « cathédrale », se cachent quelques boutiques d’artisans et de créateurs, notamment (faut croire que j’aime les photos  de vitrines avec reflets !) :

neelhe-vieux tours (9)

… qui n’est rien d’autre que :

neelhe-vieux tours (8)

L’atelier rouge pistache : essentiellement deux artistes, Ahncé, dont (j’avoue) je ne connais pas le travail, et Mélanie Lusseault, dont je possède deux œuvres chez moi acquises il y a un moment… voici la photographie de l’une d’entre elles, intitulée « Les Temps modernes ». Autant vous dire que j’apprécie son travail.

neelhe-melanie lusseault

Je passe donc parfois devant l’atelier avec intérêt, puisque je sais qu’en plus, ils hébergent d’autres créateurs (d’où « la clique »). Et je suis tombée sur ça :

neelhe-vieux tours (2)

… qui m’a bien plu, vous pensez : une reniflette à glandouille, c’est toujours utile (et pas qu’au bureau) ! En me penchant, j’ai pu voir sur le mur…

neelhe-vieux tours (3)

… d’autres inventions miraculeuses…

neelhe-vieux tours (4)

Alors, je suis allée faire un tour sur le site de l’inventeur, Eric Geffroy : je n’ai photographié ici que les présentations, dont l’esprit un peu « Plonk et Replonk » (voir mon post  « Réserve ») m’a ravie, mais les inventions existent réellement, elles sont poétiques et décalées, jetez un coup d’oeil sur son site…

neelhe-vieux tours (5)

En revenant sur mes pas, je me suis soudain rappelée que je n’étais pas loin de l’église Notre-Dame-la-Riche, dont j’avais lu qu’elle aussi avait ses gargouilles… euh, particulières. J’ai donc fait un petit détour. Et je n’ai pas été déçue.

neelhe-notre dame la riche-gargouilles (2)

L’église est moins grande, bien sûr, donc les gargouilles bien moins hautes qu’à saint-Gatien. Et sans faire d’effort, j’en ai vues deux, des impudiques.

neelhe-notre dame la riche-gargouilles

Y en a peut-être d’autres, mais j’ai assez vite cessé de chercher, presque un peu déçue que ça se trouve si facilement, les gargouilles impudiques. A moins que ce ne soit une spécialité tourangelle, mais ça m’étonnerait… et je suis revenue plein est, en longeant la Loire, vers les deux tours de la cathédrale.

(photos de l’auteur)

… impudique, la suite


20 Mar

Donc, après ma découverte du bestiaire chimérique,  je rentrais, assez contente, et le nez toujours en l’air, en passant sous les gargouilles de Saint-Gatien, déjà photographiées, et je ne comptais pas en reparler tout de suite… quand la lumière rasante m’a fait m’interroger à nouveau sur un détail… comment dire ? saillant… Vous reconnaissez à droite, en hauteur, avec sa gueule ouverte, notre gargouille impudique… mais vous voyez celle qui est à sa gauche, à la même hauteur ? Oui, au-dessus de la statue de l’évêque ou du saint… il y a un tout petit détail sur le bas de son ventre, éclairé par le soleil…

neelhe-cathédrale-gargouilles-chimères (29)

Je me suis mise en face, et j’ai zoomé…

neelhe-cathédrale-gargouilles-chimères (35)

Godverdomme ! me suis-je écriée, en flamand (c’est un des trois mots de cette langue que je connais – juron qui signifie quelque chose comme « Nom de Dieu ! » ou littéralement : « Dieu me damne ! », assez blasphématoire, mais assez approprié à la situation). Car il a bien fallu que je me rende à l’évidence : je tenais ma seconde (pour le moment !) gargouille impudique ! J’avoue que j’étais assez bluffée, à la fois qu’elle existe, mais aussi qu’elle m’ait échappé. Parce que si vous regardez mon post sur la première, vous verrez que j’ai même photographié les deux gargouilles juste en-dessous d’elle (la seconde) en m’interrogeant sur ce qui se passait réellement entre ces gargouilles et les personnages qu’elles tenaient sous elles, mais sans voir le membre viril épanoui de la gargouille du haut, qui surplombait la scène (je ne tire pas de conclusion sur mes interrogations, mais quand même…).

neelhe-cathédrale-gargouilles-chimères (30)

A ma décharge (en me relisant, je me rends compte que cette expression dans ce contexte précis est un peu limite…), la seconde est moins visible, à cause des jambes plus resserrées, de la couleur plus sombre de la pierre. Le rayon du soleil, éclairant latéralement le bout de ce détail de sculpture,  m’a bien aidé à le repérer.

Donc, je résume…

Une première gargouille impudique, assez triomphante…

neelhe-cathédrale-gargouilles-chimères (33)

Une seconde, plus discrète, mais néanmoins indéniable… ça nous fait donc deux gargouilles impudiques, l’une à côté de l’autre, qui veillent de manière très virile sur le sud, qui leur semble apparemment très désirable… et en ces temps d’hiver un peu interminable, on peut les comprendre, de vouloir un peu de la chaleur méridionale… Et les deux évêques  (ils n’ont pas de crosse, mais un bâton, ce sont donc plutôt de saints personnages) qui se situent sous chacune d’elles compensent sans doute par leur grande sagesse la fougue qui les surplombe…

neelhe-cathédrale-gargouilles-chimères (34)

Quoi qu’il en soit, cette cathédrale Saint-Gatien semble loin de nous avoir livré tous ses secrets…

neelhe-tours-cathédrale-gargouilles

D’autres statues, d’autres gargouilles, d’autres détails architecturaux auxquels on ne pense même pas, sans doute…

(photos de l’auteur.)

… et gargouille impudique


09 Mar

Dans la vie, on ne regrette pas certaines décisions. Ainsi, celle de mieux regarder la cathédrale près de laquelle j’habite…

Mon dernier post s’achevait sur le constat suivant : les gargouilles mettent un peu de fantaisie et de symbolique dans des monuments à vocation pieuse, donc assez austère. Je ne pensais pas que Saint-Gatien allait me donner raison avec autant de force et aussi vite.

Je regardais les photos que j’avais prises de ce côté sud de la cathédrale, de loin…

neelhe-tours-cathédrale-gargouille (6)

… et de près, ses gargouilles, quand un détail qui m’avait échappé jusque-là m’est apparu… Vous voyez la gargouille qui orne le dernier pilier sur la droite, en hauteur ? Bien sûr, de si loin, vous ne pouvez rien voir de précis… mais d’un peu plus près… Oui, la gargouille qui surplombe la statue de  l’évêque ou du saint…

neelhe-tours-cathédrale-gargouille (2)

Vous ne remarquez rien de… viril, au niveau de son entrejambe ? Ben oui. Au début, je me suis dit, j’ai dû mal voir, j’ai dû mal interpréter, alors je suis retournée au pied du pilier concerné. Euh, non. Je n’avais pas rêvé.

neelhe-tours-cathédrale-gargouille (3)

Très épanoui,  le membre de la virile gargouille ! Vous imaginez ma stupéfaction et en même temps mon amusement : ça fait plus de dix ans que je passe devant cette statue sans avoir vraiment levé la tête (elle est vraiment haute, c’est vrai, mais les détails qui nous intéressent sont visibles à l’œil nu), et pris le temps de regarder. Tout comme les centaines de lycéens qui passent dessous tous les jours pour rejoindre leur lycée sur la place derrière la cathédrale, et que cette statue inspirerait beaucoup s’ils la repéraient…

J’ai fait une rapide recherche sur internet, et j’ai appris que Saint-Gatien n’est pas une exception. Ces gargouilles sont dites « impudiques » et on les voit dans la statuaire de quelques cathédrales et églises, un peu partout en Europe. A Tours (plutôt bien lotie en la matière), il en existe même une autre, à Notre-Dame-la-Riche.

Du coup, en ce qui concerne notre cathédrale, et sans entrer dans une fantasmagorie de film X, je m’interroge sur la réelle interprétation à donner à certains groupes de personnages : que se passe-t-il vraiment entre ces gargouilles et les personnages qu’elles tiennent sous elles, celle de droite un peu cornue, celle de gauche qui ressemble vaguement à un mouton ?

neelhe-tours-cathédrale-gargouille

Vous conviendrez avec moi que le doute nous est désormais permis…

(Photos de l’auteur.)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).