Posts Tagged ‘Jean-Luc Parant’

Rond


25 Juil

Une boule de mots…
neelhe-parant boule (2)

Un globe de texte…

neelhe-parant boule (3)

De plus en plus près, un écrit sans début ni fin, sur une surface ronde et accidentée, comme la terre…
neelhe-parant boule (4)

Envie de prendre ce gros ballon entre ses bras, de le soulever et de le laisser s’envoler loin de la pesanteur, avec ses messages et sa belle écriture…

neelhe-parant boule (5)

Un manuscrit rond, léger, aérien, qu’on espère voir rouler dans l’espace avec fluidité…

L’artiste est Jean-Luc Parant. L’œuvre s’appelle « La grosse boule manuscrite », elle date de 2012. Le texte écrit est celui des soixante premières pages du livre Les Très-Hauts, publiés aux éditions Argol. La « grosse boule manuscrite » est visible jusqu’à mi-septembre à l’Ar[t]senal, centre d’art contemporain de Dreux, au nord de l’Eure-et-Loir dans une expositions intitulée « Graphotopophotologies. Parant y expose son travail conjointement avec Jacqueline Salmon.

neelhe-Parant boule

Leurs travaux se complètent harmonieusement dans ce lieu calme et lumineux, faisant de cette belle découverte une traversée ponctuée de quelques moments de grâce, pour qui aime l’écriture, la lecture intime des paysages, l’inventivité et l’aspect à la fois ludique et bouleversant des choses…

(photos de l’auteur à l’Ar[t]senal à Dreux. Catalogue de l’exposition « Graphotopophotologies »  de Jacqueline Salmon et Jean-Luc Parant aux éditions Marcel le Poney)

PS. Dans le catalogue de l’exposition, j’ai trouvé cette phrase de Jean-Luc Parant. Elle exprime avec justesse ce que je ressens à propos de la photographie. « La photographie a été inventée pour cadrer le monde à la taille de nos yeux, le fixer et le concentrer sur un tout petit espace, car le monde est trop grand dans une nuit trop noire pour nos mains trop petites. »

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).