Posts Tagged ‘ombre’

Troisième étage


22 Août

Immeuble parisien, palier du troisième étage, sans ascenseur. Vous venez d’arriver devant la porte de l’appartement dans lequel vous avez rendez-vous. Un petit mot près de la sonnette signale, en italien (« Il campanello non funziona ») que justement, elle ne fonctionne pas. Vous vous apprêtez donc à frapper, mais ce n’est pas pratique avec les sacs que vous portez. Vous les posez donc au sol. Et dans la seconde où vos yeux ont quitté leur cible (la porte) et votre cerveau son objectif découpé en tâches futures à accomplir (frapper, attendre qu’on ouvre, reprendre les sacs, entrer), ils (vos yeux, votre cerveau) ont enregistré quelque chose de brillant légèrement derrière vous, à droite. Vous vous retournez.

neelhe-3e étage (1)

Ce n’est rien. Une tâche de lumière sur le mur de la cage d’escalier. Quand même. Cette vision, formes incurvées, à-plats de couleurs (blanc et bleu des murs et marron du bois de l’escalier), et ce triangle  lumineux couché, strié, posé pile à l’angle du mur, vous arrêtent dans l’enchaînement mécanique des gestes et des pensées.

neelhe-3e étage (2)

Vous inhalez doucement la bouffée d’air dont vous ignoriez manquer, et expirez avec lenteur, silencieusement, comme pour ne pas déranger la lumière  posée comme un papillon sur le mur. La rumeur de l’immeuble dont vous n’aviez pas conscience jusque-là (une discussion sonore dans la cour, le bruit atténué de la télévision ou de la radio plus bas, quelqu’un qui passe l’aspirateur quelque part) et celle de la ville au-delà (la circulation, l’agitation) vous font prendre conscience du calme dans lequel vous baignez sur ce palier du troisième étage, escalier C. Vous restez quelques instants à contempler. Tout est suspendu.

(Photos de l’auteur)

Un peu d’ombre


26 Juil

A l’heure où ces lignes sont mises en ligne (hé, hé), je suis dans les Alpes, et (j’écris à l’avance, parce que dans les hauteurs, les connexions internet sont rarement fluides, alors pour une fois, j’anticipe)…  sans doute, il fait beau, la nature est magnifique, les paysages majestueux, la lumière radieuse, la chaleur un peu forte en marchant sur les sentiers qui grimpent, je croise des fleurs, des petits animaux, des randonneurs…

Pour équilibrer, et profiter, par contraste, envie d’un bain de fraîcheur, d’ombre, de nuit d’hiver, de ville…

neelhe-paris- nuit (2)

Ce que permet justement la photographie : avoir ou retrouver le goût de ces sensations en regardant un cliché…

neelhe-paris- nuit

Elles font un peu décor de polar, ces photos, non ?… L’inspecteur Neelhe est sur l’affaire…

PS. Voir la proposition de bande-son par l’inspecteur Madison dans son excellent commentaire

(Photos de l’auteur)

Troisième décan


20 Avr

Ombre (non chinoise) d’hiver – mais avril impose sa silhouette… (Lâcher la proie pour l’ombre, oui, parfois, avec le sourire.)

neelhe-ombre

Bande-son : Mercury Rev, « Holes »

(photo de l’auteur)

Ombre et soleil


26 Jan

Et, comme un miracle, après un long tunnel de gris et de froid, le soleil est apparu au-dessus de la ville, j’ai filé sur les bords de Loire, profiter de l’air plus doux, et des pâles rayons. Pendant cette balade, j’ai croisé une petite cabane dans une de ces sortes de jardins « ouvriers » qui s’alignent entre le fleuve et le coteau.

neelhe-bordsloire-janvier2013 (3)

Peinture passée, tonneau pour récupérer l’eau de pluie (ou de la fonte de la neige tombée encore ce matin), et un arbre dans l’axe du soleil, qui projette son ombre sur le côté.

neelhe-bordsloire-janvier2013 (5)

Et cette ombre fragile, qui indique que la lumière revient… ça  fait comme un soupir de soulagement…

(Et vous savez quoi ? je sais qu’on va s’en sortir. J’ai vu les premiers bourgeons.

neelhe-bordsloire-janvier2013 (6)

Tenez bon !)

(Photos de l’auteur)

Tranquille


27 Nov

Pour s’aérer après cette pause cigarette, et retrouver un peu de notre sérénité, petit exercice d’anglais à travers un dessin photographié derrière une vitrine (d’où les reflets), dans le temple Ryôan-ji, au nord de Kyoto. Cette calligraphie dans notre alphabet semble moins belle, en tout cas moins exotique ; mais si je l’avais photographiée en japonais,  le message ne serait pas passé… ou pas de cette façon… (nous retournerons à la façon japonaise de faire passer les messages, bien sûr…)

Et, pour achever la journée sur une note tranquille, l’ombre d’un bonzaï de ficus, dans l’encadrement de la fenêtre d’un restaurant (« le Café du mon », merci, Cathy, d’avoir retrouvé le nom) à Kyoto. Zen…

(Photos de l’auteur)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).