Posts Tagged ‘tante Léonie’

Retrouvé


22 Fév

Samedi dernier, je suis allée chez Tante Léonie. THE Tante Léonie. Celle de Marcel. Mais si, Marcel, Proust !

A Illiers-Combray, bourgade un peu perdue dans la Beauce entre Chartres et Nogent-le-Rotrou (on ne rit pas !), se tient la célèbre (dans la vie, tout est relatif) maison de Tante Léonie, où le jeune Marcel passait ses vacances enfant… et dont il relate les journées et les soirées dans les pages de « La Recherche » (celle du temps perdu, bien sûr), notamment dans celles du premier tome Du côté de chez Swann.

Petit jardin derrière une grille, orangeraie, et belle maison, à la fois coquette et massive, dans son jus fin XIXe…et  je dois vous avouer quelque chose : cet après-midi-là, j’avais perdu mon appareil-photo chéri, égaré, je n’arrivais pas à remettre la main dessus et je me persuadais qu’il était resté en Normandie. J’ai donc pris quelques clichés avec (horreur !) l’appareil-photo de mon téléphone, qui est loin d’être dernier cri, on va vite le voir. (Je rassure les lecteurs anxieux : à défaut du temps, j’ai retrouvé mon appareil-photo qui, farceur, avait glissé entre le siège et la portière passager de ma voiture. Je l’ai instamment prié de ne pas recommencer une blague pareille. Il m’a promis.) Puis, à la sortie, je me suis rendu compte que toute cette inquiétude avait été vaine : il est interdit de prendre des photos lors de la visite (ou alors il faut demander, ce que je n’ai pas fait). Les clichés sont donc assez ratés, et ils ne devraient même pas exister !

Voici donc, en rentrant par le jardin, le couloir. Je vous recommande de visiter la maison à la fin de la journée, le soleil donne aux pièces une lumière belle et chaude, et à l’ensemble, un peu figé dans le temps perdu, une certaine vie.

neelhe-illierscombray-tanteleonie-proust-février2013 (14)

A gauche, deux salons, dont l’oriental, aux vitres colorées, qui projettent sur le mur, et le radiateur, un puzzle de couleurs.

neelhe-illierscombray-tanteleonie-proust-février2013 (2)

A droite de l’entrée, la très belle cuisine de « Françoise », carreaux bleus du fourneau…

neelhe-illierscombray-tanteleonie-proust-février2013 (10)

Carreaux vertes et blancs ailleurs…

neelhe-illierscombray-tanteleonie-proust-février2013 (11)

Et vue du jardin depuis la cuisine…

neelhe-illierscombray-tanteleonie-proust-février2013 (13)

A l’étage, les chambres : la plus émouvante, celle de Marcel, bien entendu, avec son lit court d’enfant, ses tomettes et sa simplicité…

neelhe-illierscombray-tanteleonie-proust-février2013 (17)

Je ne sais pas pourquoi, j’ai éprouvé le besoin de photographier le détail de l’embrasse du rideau du lit…

neelhe-illierscombray-tanteleonie-proust-février2013

Et la chambre de « Tante Léonie » elle-même, avec son plateau près du lit, présentant sa bouteille de Vichy-Célestins, des feuilles de tilleul pour l’infusion, et près de la tasse vide, la célèbre madeleine…

neelhe-illierscombray-tanteleonie-proust-février2013 (15)

Je ne suis pas une férue de l’œuvre de Proust, j’ai juste lu Des Plaisirs et des jours et, justement, Du côté de chez Swann… cette visite, assez impromptue et charmante, alliée ensuite à celle du village et du Pré Catelan, jardin dans lequel Proust se promenait enfant, m’a donné envie de tenter (une fois de plus) de replonger dans cet univers et cette écriture magnifique… et exigeante. Et bien sûr, mais je m’y étais déjà remise un peu auparavant, de relancer la mode des madeleines.

Bande-son : Erik Satie, « Avant-dernières pensées », par Alexandre Tharaud, disque 1 « Solo ».

(Photos – pas si ratées, au final, si on ne tente pas l’agrandissement – de l’auteur)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).