Posts Tagged ‘tatamis’

Tendinite (et sols japonais)


26 Avr

Tendinite : « affection douloureuse du tendon correspondant a une histopathologie spécifique qui met en jeu un mécanisme inflammatoire » (Wikipédia).

Vous voyez le truc. Pas grave, mais ça fait mal. Et vous savez où je me la suis faite, cette charmante tendinite ?

neelhe-pied-tendinite 010

Ben ouais, au pied. Plus précisément au gros orteil gauche. Vraiment pas pratique pour marcher. Alors, je ne marche pas beaucoup. Du coup, je bous (du verbe : « bouillir »), mais en douceur, je suis comme l’eau pour le thé, je frémis… Je lis, un peu. Je pense. Je me souviens.

neelhe-japon-nara

Japon, novembre dernier (ci-dessus, Nara. Voir la catégorie « Japan trip »).

Et en y repensant, quelque chose m’est revenu. Le souvenir d’une stèle sur le chemin de la philosophie à Kyoto. J’ai cherché dans mes photos. Vous allez comprendre.

neelhe-japon-kyoto (4)

Il se passe un truc, avec le gros orteil gauche, là, non ? Je ne comprends pas tout, mais ça ressemble à une flamme, ce qui est dessiné dessus, et on dirait qu’il souffle de l’air… chaud ?… (à comparer avec les schémas de réflexologie plantaire ?)

Et puis, à marcher et surtout à boiter, sur nos bitumes, sur nos pavés, sur nos sols durs, je me mets à repenser à la douceur de la paille des tatamis, à sa souplesse, à ces sensations comment dire ?… tendres, sous la voute plantaire.

neelhe-japon-kyoto

… Et aux planchers des temples, dont le bois des terrasses est parfois doucement chauffé par le soleil, et qu’on sent à travers la chaussette, puisqu’il faut se déchausser pour les visiter. (c’est sans doute à cause de ces habitudes de « déchaussage »  et de marche pieds nus que j’ai ces souvenirs précis de sensations « pédestres »…ici, Kyoto, temple Tenju-an…)

neelhe-japon-kyoto (2)

Et quand ils ne sont pas en bois, les sols des temples sont dallés, en pierre douce, usée…

neelhe-japon-kyoto (5)

Et les chemins doivent être solides, ils sont donc aussi en pierres, elles aussi usées, mais de manière moins égale – mais toujours aussi harmonieuse… à Kyoto, dans le jardin du Pavillon d’argent, le Ginkaku-ji…

neelhe-japon-kyoto (3)

Je crois que mes pieds veulent retourner au Japon. Eux, et le reste de mon corps. Ce voyage était aussi l’apprentissage d’une sensorialité différente, ou du moins l’apprentissage d’une attention différente à la sensorialité. (Je vais donc poursuivre en restant à l’écoute de… mon orteil gauche !)

(photos de l’auteur)

Intérieur temple II


30 Déc

En cet avant-dernier jour de l’année, envie de partager, en s’approchant petit à petit, la vision de l’intérieur de quelques temples bouddhistes.

Ôter ses souliers avant de monter les deux marches qui permettent d’entrer, sentir la texture du bois du sol sous ses pieds, à travers les chaussettes. Puis celle du tapis, puis du tatamis.

neelhe-japon-nara-objetsculte

Tout est en ordre, chaque objet à sa place, dont on devine l’utilité, sans en être vraiment certain – on est loin de ses repères européens -, les grands « bols chantants », et l’espèce de coquillage, sortes de gongs, et les instruments pour les frapper, maillets, marteaux, baguettes, plus ou moins fort, et faire vibrer le son, clair ou sourd, et sentir son épaisseur résonner dans l’air et l’habiter. Les statues des bouddhas, des maîtres éveillés. Les fleurs, les bougies, les offrandes. La paille des tatamis, le bois du bâtiment.

neelhe-japon-kamakura-objetsculte (2)

Le calme qui règne, et la lumière qui provient de partout à la fois, jamais éblouissante, douce.

neelhe-japon-kamakura-objetsculte

Et les idéogrammes indéchiffrables (pour nous) et sans doute sacrés sur du vieux papier.

neelhe-japon-nara (6)

Un peu de respiration.

Le voyage au Japon se termine… (presque…)

(photos de l’auteur)

Intérieur temple


17 Déc

Temples japonais, extérieurs bois, « terrasse » donnant sur un jardin de méditation, ici à Kyoto, jardin du Nanzen-in :

neelhe-japon-kyoto (2)

Surélevé par rapport au sol, sur sortes de pilotis, Kyoto, le même temple…

neelhe-japon-kyoto (3)A Nara, au temple Gango-ji…

neelhe-japon-nara-gango-ji

Dans cette architecture aérienne, presque sans poids, quelques poteaux, pour tenir la structure, mais sans effort. Kyoto, Nanzen-in…

neelhe-japon-kyoto (4)

Intérieurs : les shôji, cloisons coulissantes en papier washi et trame de bois légère. A Nara, au Gango-ji…

neelhe-japon-nara-gango-ji (2)

neelhe-japon-nara-gango-ji (3)

Et le mariage des shôji et des tatamis, espace et perspective d’ouverture vers l’extérieur. Ici, Kyoto, Ryôan-ji…

neelhe-japon-kyoto-ryôan-ji - Copie

Harmonie des formes, des matériaux, symétrie du positionnement des tatamis au sol et de l’ouverture des shôji. Ici, à Nara…

neelhe-japon-nara (8)

On doit toujours marcher pieds nus sur les tatamis, ces couches de paille de riz superposées et croisées. On y dort aussi, sur un futon, plutôt mince mais suffisant, jamais mal au dos, le tatamis est ferme et doux. Ici, dans un temple Nord de Kamakura.

neelhe-japon-kamakura (7)

Ici, à Nara, Gango-ji : les formes sobres de l’intérieur du temple s’harmonisent avec la nature à l’extérieur. Toujours la même recherche : légèreté, équilibre, simplicité.

neelhe-japon-nara (4)

(Photos de l’auteur)

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).