Posts Tagged ‘vinyles’

Vinyl records


21 Juin

Cette semaine, dans la lignée de la catégorie « Pochettes surprises », plutôt que de détailler une pochette de disque de « Madison », le magasin de vinyles de Bertrand à Tours, petit flash-back sur le Somerset trip… entre autres spécialités, les Anglais gardent, plus que nous apparemment, la culture du « disque noir » et j’ai croisé pas mal de disquaires, des vrais (qui vendent des vinyles, quoi !). Petit florilège, et petite balade…

A Taunton, sans doute le magasin le plus grand et le plus beau…

Somerset-disquaires-vinyles (8)

« Blackcat Records »… les disques du chat noir. Avec un nom comme ça, je ne pouvais que tomber sous le charme (bien qu’un chat européen, un bon vieux gouttière, tigré gris, beige, blanc et noir, c’est très bien aussi, même peut-être un poil mieux… « Gouttière Cat  Records » ?…). Avouez que leur logo est bien trouvé, non ?

Somerset-disquaires-vinyles (9)

Et l’intérieur aussi, spacieux, qui offre (comme chez Bertrand) vinyles et cd…

Somerset-disquaires-vinyles

A Brighton, à l’intérieur du marché couvert Saint-quelque chose (le nom m’échappe et je ne le retrouve pas sur le net..!)… des disques dont le vinyle n’est pas banalement noir, mais vert ou rose ou même directement décoré d’une photo… (pour ma part, je possède un exemplaire du « Sergent Pepper » des Beatles au vinyle orange !)

Somerset-disquaires-vinyles (2)

… Des petites échoppes dans les allées…

Somerset-disquaires-vinyles (4)

… Au moins quatre spécialistes des vieux disques, occasions d’époque et réimpressions…

Somerset-disquaires-vinyles (3)

… certaines, presque des stands, mais avec des spécialités (que peuvent contenir ces pochettes de « best sellers » sobres, sans photo…?)…

Somerset-disquaires-vinyles (10)

… et même à Glastonbury, qui est plutôt spécialisé dans les copies de l’épée Excalibur, les encens au patchouli, et les livres sur la symbolique du Graal, on trouve un « Tor Records »…

Somerset-disquaires-vinyles (7)

Vous avez compris, j’aime beaucoup ce côté un peu décalé, un peu vintage, et j’apprécie que nos voisins soient férus de ces vieilles galettes de vinyles gravées de musique…

Au fait, une petite question qu’un de mes camarades de 5e (j’avais 12 ans, hein, mais y a des trucs qui marquent) m’avait posée : combien y a-t-il de sillons dans un 33 tours ? J’avais séché (j’étais jeune !).

… un seul, bien sûr, sinon, le « diamant » (ou le saphir) n’avancerait pas…!

(photos de l’auteur)

Michel le grand


22 Avr

Samedi, c’était le Disquaire Day, célébration des disquaires et des vinyles, avec mise en vente de raretés spécialement pressées pour l’occasion, versions alternatives, et autres 45 tours pour collectionneurs… Autant dire que Bertrand-notre-disquaire avait mis les petits plats dans les grands et des ballons sur la vitrine de « Madison » !

Pour moi, le Disquaire Day c’était plutôt la veille, quand je suis passée dans son magasin, et repartie avec trois vinyles, dont :

neelhe-michel legrand-demoiselles de rochefort (5)

… le double disque, en vinyle, de la BO des « Demoiselles » !

neelhe-michel legrand-demoiselles de rochefort

… avec ce final charmant (les sœurs Dorléac, quand même !) et joyeux, « La chanson d’un jour d’été »  (« Aimer la vie/aimer les fleurs/aimer les rires et les pleurs/ Aimer le jour/aimer la nuit/aimer le soleil et la pluie… »)…

Image de prévisualisation YouTube

Et, en y repensant, mon post sur Jacques Demy est un peu injuste, parce que je n’y cite pas une seule fois le compositeur des musiques et chansons des films de Demy, alors qu’elles en sont le cœur, et constituent une grande partie de leur magie. Michel Legrand, oui.

Et, comme par hasard, mes amies musiciennes du Pocklectif m’ont fait réécouter samedi le générique d’un dessin animé diffusé au début des années 70 (mais dont bizarrement je ne garde pas de souvenir) : « Oum le dauphin » ! Musique et interprétation de Michel Legrand (« Il a – le poil blanc comme l’hermine… » Oum, le seul dauphin à poils ! pour être précise, en reprenant notre ami Wikipédia, « comme tous les cétacés, le Grand dauphin n’a pas de fourrure, même si quelques poils sont présents durant les premiers mois de sa vie ») – eh bien, on était d’accord, la musique est formidable…

Image de prévisualisation YouTube

Comme est formidable ce duo, qui va faire plaisir jusqu’en Belgique, Michel et  Nana, « Quand on s’aime »…

Image de prévisualisation YouTube

Et spéciale dédicace pour ce 22 avril, « Les Moulins de mon cœur » (çelle-là, je me souviens bien de l’avoir écoutée souvent dans mon enfance, et avec bonheur !)

Image de prévisualisation YouTube

Chapeau, l’artiste – et bon anni à qui de droit !

(photos de l’auteur)

Vinyles


06 Fév

Dans la ville où j’habite, il y a un disquaire. Oui, un disquaire. Un commerçant qui s’occupe d’un magasin dans lequel on trouve des disques, dans des bacs adaptés à leur taille, des vinyles, des « vieux disques noirs », des 33 tours surtout, d’époque donc d’occasion mais aussi des rééditions, plus quelques 45 tours ; et s’il vend aussi des CD,  ce n’est pas sa caractéristique. Le magasin est plutôt petit, il s’appelle « Madison », il a une devanture rouge, un peu bordeaux. Pardon pour les reflets dans les vitres, je n’ai pas pu les éviter…

neelhe-tours-magasinvinyles-madison (2)

Et son propriétaire met toujours des trucs incroyables en vitrine, des raretés, des belles pochettes, presque des œuvres d’art parfois… ce jour-là, dimanche dernier, je me suis rapprochée des huit pochettes de 33 tours exposés sur la porte d’entrée…

neelhe-tours-magasinvinyles-madison (3)

Une en particulier a attiré mon regard, deuxième rangée en partant du haut, à gauche…

neelhe-tours-magasinvinyles-madison (4)

Vous vous rendez compte : un disque définissant sa musique comme « d’ameublement » ! Et la photo, cette sous-Angélique (marquise des Anges) en nuisette ou en déshabillé (?), tenant dans ses bras un faux tigre en peluche, le regard langoureux, et même si on le devine mal, le décor derrière, avec le rideau bleu, qu’on imagine en lourd satin…

neelhe-tours-magasinvinyles-madison

Et les titres des morceaux, « Naissance de la passion », « Tango oriental », « Amour interdit », « Merveilleux »… c’était quoi, la bande-son (en avance) de la série « Maison close » ?

Je ne sais pas pour vous, mais moi, ce type de monument de kitsch me ravit. Pas sûre que j’aille l’acheter, la musique d’ameublement (où ont-ils été chercher ça ?), mais elle aura au moins servi à me faire sourire un bon moment… Et merci au propriétaire de continuer à être un vrai disquaire et à régaler les passants de ces pochettes magiques et décalées.

(Pour un article sur le magasin et son propriétaire, c’est ici ; photos de l’auteur)

Une intuition n’arrivant jamais seule, j’ai lu après la publication de ce post un article sur Télérama.fr sur « Le retour du vinyle » : je l’ajoute, c’est ici.

Ps. Vous savez quoi ? Passer d’un post par jour, donc sept posts par semaine, à deux par semaine, c’est-à-dire diminuer ma production de plus de 70 %, ce n’est pas si facile…  Je vais continuer à poster un peu entre les « officiels » des mardis et vendredis. Sinon, je vais être en manque. Et obligée d’écouter de la musique d’ameublement !

Neelhe.fr

Exercices d'attention. Deux posts par semaine (si les dieux sont favorables).